De l’intérêt du dry needling dans le traitement de la coxarthrose 


brass gold darts on brown table
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Cette étude contrôlée randomisée en aveugle s’est intéressée à l’effet sur le court-terme du dry needling (DN) sur la coxarthrose.

Population-cible 

31 patients souffrant de coxarthrose unilatérale ont été randomisés en deux groupes, une prise en charge réelle en DN et une prise en charge factice.

Ils avaient 57.0 ± 5.7 ans de moyenne d’âge. Plus de la moitié étaient des femmes. 

Le nombre de patients est suffisant pour avoir la puissance nécessaire, tient compte d’une attrition de 15% des patients (pas qu’ils meurent mais qu’ils ne suivent pas l’étude jusqu’au bout, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit), pour une différence de 2 points à l’EVA.

Procédure 

DN dans l’ilio-psoas, le droit fémoral, le TFL, le petit fessier.

Le DN factice consiste à piquer la peau sans effraction cutanée avec un matériel dont la pertinence comme placebo acupunctural est reconnu. 

Les patients étant piqués sur les mêmes sites que ceux du groupe expérimental, les auteurs considèrent qu’ils peuvent être en aveugle du traitement administré.

Enfin moi, dans l’hypothèse d’école où bien attaché, un pinpin pouvait me piquer le filet-mignon, même comme là juste dans le trigone fémoral, je pense faire la différence. C’est moins gros qu’une gousse d’ail, mais quand même…

Posologie 

Trois séances en trois semaines, par un praticien ayant 4 années d’expérience dans le domaine. Rien d’autre.

Indicateurs 

EVA, amplitudes passives, 30s chair-stand test et 20 m walk test

Validité 

Il est indiqué « There was decreased pain intensity, increased hip ROM, and improved physical function following the DN treatment. These improvements were statistically significant (p < 0.05) compared to the sham group. The sham group had increased pain intensity and decreased hip ROM (p < 0.05).»

Ce qui peut se traduire par :

  1. Il n’y a pas d’avantage cliniquement significatif entre faire du DN et faire semblant. 
  2. Ne faites même pas semblant, parce que vous serez moins efficace qu’avec des traitements à l’utilité démontrée et vous ne rendriez pas service au patient.

Commentaire 

A l’évidence, je ne suis pas DN-friendly dans mes conclusions. Parce qu’il est vrai que de piquer les faces antérieure et latérale de la racine de la cuisse donne de meilleures résultats que de faire semblant. Quand on compare les deux traitements, il y a même franchement une marge en faveur du DN. Mais ce n’est pas moi qui évoque un effet juste statistiquement significatif, ce sont les auteurs.

Pourquoi ça marcherait ?

Une plausibilité thérapeutique ne serait pas de refus. Les auteurs ne savent pas vraiment et se perdent en conjectures : «The mechanism of DN to improve musculoskeletal complaints is unclear». Mais ça, ce n’est pas nouveau.

Peut être parce que meurtrir une région douloureuse pour convaincre le cerveau qu’elle est assez solide pour s’en sortir malgré tout, c’est peut être juste mieux que de faire croire à un patient qu’il n’a pas simplement perdu des heures à se faire chatouiller ?


Références bibliographiques 

S24687812Ceballos-Laita L, Jiménez-Del-Barrio S, Marín-Zurdo J, Moreno-Calvo A, Marín-Boné J, Albarova-Corral MI, Estébanez-de-Miguel E. Effects of dry needling in HIP muscles in patients with HIP osteoarthritis: A randomized controlled trial. Musculoskelet Sci Pract. 2019 Jul 24;43:76-82. doi: 10.1016/j.msksp.2019.07.006. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s