Fluoroquinolones et tendinopathies

Sans titre

Les antibiotiques de la classe des fluoroquinolones s’avèrent pouvoir provoquer des lésions tendineuses dans les heures suivant le début du traitement médicamenteux et se poursuivant des mois après l’interruption de ce traitement. 


Oldies but goldies, quelques études passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Je profite de l’été pour ce retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le Dimanche 24 Août 2014


Un guide émanant de départements de physiothérapie universitaires anglais et australien conclu que les traitements habituels des tendinopathies basés sur les renforcements musculaires en mode excentrique peuvent ne pas être bénéfiques pour les patients ayant bénéficié préalablement de ce type de traitement antibiotique. 

Des facteurs comme le sexe masculin, l’âge, des affections rénales et/ou rhumatismales, la prescription concommitente de cortocostéroïdes, l’activité physique semblent accompagner plus fréquemment la tendinopathie liée aux fluoroquinolones. 

L’arrêt du traitement à l’aide de cette classe d’antibiotique est un préalable au traitement de la tendinopathie, qui sera de résolution habituellement plus lente. 


Références bibliographiques : 

Trevor Lewis and Jill Cook. Fluoroquinolones and Tendinopathy: A Guide for Athletes and Sports Clinicians and a Systematic Review of the Literature. Journal of Athletic Training: May/Jun 2014, Vol. 49, No. 3, pp. 422-427. 

Article disponible en ligne 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s