L’imagerie motrice accroît la force des quadriceps après PTG


apple earpods
L’arthro-moteur du XXIème siècle. Photo de Plush Design Studio sur Pexels.com

Plutôt qu’un arthromoteur inutile, juste un pauvre fichier MP3 à donner au patient pour qu’il fasse ses exercices des écouteurs dans les oreilles…On n’a pas fini de faire des économies sur la santé !

Population-cible

Trente-quatre patients (56% d’hommes) opérés d’une PTG.

Indicateur principal

Contraction maximale volontaire isométrique en extension du genou opéré. 

Indicateurs secondaires

La marche, le 30-second chair sit-to-stand test le score Lower Extremity Functional Scale.

Suivi

Avant et un mois après la pose d’une PTG.

Procédure 

Le patient, confortablement assis dans un fauteuil est invité à imaginer que sa jambe, fléchie à 60 °, réalise une contraction isométrique volontaire maximale (CIMV), tout en écoutant un fichier audio avec des instructions de pratique détaillées.

Après sortie de l’hôpital, la description audio (fichier mp3) et des consignes lui sont données pour poursuite à domicile.

Le patient est appelé au téléphone une fois par semaine pour s’assurer de la bonne réalisation du traitement.

Posologie 

Le patient est invité à effectuer deux séries de 25 répétitions entrecoupées de 2 minutes de repos, sur une durée de deux semaines. Afin de respecter une progression, 10 répétitions supplémentaires sont ajoutées au cours des semaines trois et quatre. 

Chaque CIMV doit être maintenue pendant 5 secondes, suivie d’une période de repos de 5 secondes. Après chaque cinquième contraction, le sujet se repose 20 secondes. 

Après 5 jours d’entraînement, le patient est invité à prendre deux jours de repos. 

En moyenne, le patient effectue trois séances au cours de sa période d’hospitalisation. Cela correspond à 15 minutes par jour / 5 jours par semaine en plus de la kinésithérapie standard, pendant quatre semaines.

Validité 

BoussoleComparativement à un échantillon de patients n’en ayant pas bénéficié en plus de leur rééducation classique, la pratique de l’imagerie motrice basée sur le renforcement musculaire améliore les résultats de la rééducation après PTG.

Elle réduit la diminution de force du quadriceps après chirurgie (l’effet est modéré). Elle améliore significativement d’autres résultats fonctionnels, tels que la vitesse de marche dans des conditions variées. 


Références bibliographiques 

Sans titreParavlic AH, Pisot R, Marusic U. Specific and general adaptations following motor imagery practice focused on muscle strength in total knee arthroplasty rehabilitation: A randomized controlled trial. PLoS One. 2019 Aug 14;14(8):e0221089. doi: 10.1371/journal.pone.0221089.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s