Extension du genou : dans quel sens, les glissements ?


Une analyse vidéo-fluoroscopique de l’effet d’une seule séance.

Sans titre

Afin de déterminer l’impact d’une seule séance de thérapie manuelle destinée à gagner dans le secteur de l’extension du genou, cinq patients gonarthrosiques et cinq sujets contrôles comparables ont été observés sous vidéo-fluoroscopie. La raideur comme l’amplitude d’extension avant et après 30 minutes de mobilisation passive ont été mesurées sous ce dispositif. 

Procédures 

Thérapie manuelle 

La technique décrite apparaît paradoxale quant au respect des glissements : la mobilisation passive se fait vers l’extension à l’aide d’une traction du pied et d’un appui proximal sur le tibia, exerçant une poussée antéro-postérieure, soit un glissement postérieur pour gagner en extension. Des positions accessoires sont utilisées, avec une rotation latérale induite, ou un valgus. 

Outils statistiques  

Une analyse de variance et des coefficients de corrélation intra-classes (ICC) ont été utilisés pour mesurer les changements avant-après et la fiabilité des mesures. 


Oldies but goldies, quelques études passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le Mardi 11 Mars 2014


Résultats 

Fiabilité de la vidéo-fluoroscopie 

Les mesures sous vidéofluoroscopie étaient instrumentales. La fiabilité de ces mesures était excellente, avec un ICC au delà de 0.97. 

Effets sur la raideur et la souplesse 

Les patients gonarthrosiques présentaient une diminution de l’extension passive, a contrario des sujets sains. Après la séance, il y avait une augmentation significative de l’amplitude d’extension chez les sujets pathologiques (P =0.004), pas chez les sujets contrôles (P = 0.201). 

Il y avait une plus grande raideur en fin d’extension chez les sujets sains, ce qui peut paraître paradoxal mais peut s’expliquer par la qualité du «end-feel», raideur en fin de mouvement, qui apparaît plus dure dans une extension complète, cas du genou sain, que lors d’un manque d’amplitude retrouvé chez les gonarthrosiques.


Références bibliographiques : 

Taylor AL, Wilken JM, Deyle GD, Gill NW. Knee Extension and Stiffness in Osteoarthritic and Normal Knees: A Videofluoroscopic Analysis of the Effect of a Single Session of Manual Therapy. J Orthop Sports Phys Ther, Epub 25 February 2014. doi:10.2519/jospt.2014.4710. 

Accès à l’article 

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s