Rééduquer les prolapsus pelviens


woman looking at sea while sitting on beach
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Une étude multicentrique du Lancet sur laquelle s’appuyer

Les prolapsus pelviens sont fréquents et fortement associés aux accouchements et à l’avancée en âge. Cette étude multicentrique a porté sur l’efficacité de la rééducation individuelle des muscles du périnée dans la réduction des symptômes liés au prolapsus. 

Dans 25 centres hospitaliers répartis essentiellement en Grande-Bretagne, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande, 447 patientes éligibles ont été réparties en une intervention et un groupe contrôle, entre Juin 2007 et Avril 2010. 

Les gynécologues comme le statisticien étaient en aveugles du traitement réalisé. L’évaluation s’est faite à partir des estimations des patientes à 12 mois à propos des symptômes de prolapsus ressentis. 

L’analyse était faite en intention de traiter. 

225 patientes ont débuté l’étude dans le groupe expérimental, 222 dans le groupe contrôle. 377 participantes (84%) ont été suivies à 6 mois, 295 (66%) à un an. 

Les patientes rééduquées ont indiqué une diminution significativement plus importante des symptômes à 12 mois que celles du groupe contrôle, ce qui est donc en faveur d’une prise en charge manuelle et individuelle. 


Oldies but goldies, quelques études passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le Jeudi 20 Février 2014


Procédure du groupe expérimental : 

La posologie ne comprend que 5 séances individuelles réparties sur 16 semaines (semaine 0, 2, 6, 11 et 16). 

La durée de 16 semaines a été choisie sur la base des connaissances en physiologie musculaire (15 semaines sont nécessaires pour obtenir une augmentation de la trophicité selon la littérature) et en fonction du guide clinique anglais sur le sujet qui recommande au moins 3 mois de rééducation. 

La 1° séance a servi a expliquer les différents types de prolapsus, l’anatomie et la fonction du périnée. Une évaluation manuelle a été réalisée et a servi a expliquer les exercices, en utilisant le PERFECT scheme. 

Un programme d’exercices individualisé a été prescrit par la physiothérapeute en fonction de son examen. Les patientes ont été encouragées a réaliser ces exercices, à raison de 10 fois 10 secondes de maintien de la contraction, jusqu’à 50 contractions rapides 3 fois par jour, en tenant un journal des exercices réalisés. 

De plus, il leur a été expliqué comment pré-contracter le périnée contre une augmentation de la pression abdominale (Knack exercise) et de faire cet exercice quotidiennement. 

Électromyographie, biofeedback par manomètre ou électrodes de surface non pas été utilisés (interdits dans l’étude). Aucune séance supplémentaire n’a été réalisée. 

Un document a été donné aux patientes concernant les avantages de la perte de poids, les inconvénients de la constipation, du soulevé de charges lourdes, de la toux, des exercices intenses. Il ne contenait pas de description d’exercices. Il fut le seul traitement délivré au groupe contrôle. 


Références bibliographiques : 

Suzanne Hagen, Diane Stark, Cathryn Glazener, Sylvia Dickson, Sarah Barry, Andrew Elders, Helena Frawley, Mary P Galea, Janet Logan, Alison McDonald, Gladys McPherson, Kate H Moore, John Norrie, Andrew Walker, Don Wilson, on behalf of the POPPY Trial Collaborators. Individualised pelvic floor muscle training in women with pelvic organ prolapse (POPPY): a multicentre randomised controlled trial. The Lancet, Early Online Publication, 28 November 2013 doi:10.1016/S0140-6736(13)61977-7 

Laycock J, Jerwood D. Pelvic floor muscle assessment: the PERFECT scheme. Physiotherapy 2001; 87: 631–42. 

Résumé disponible en ligne