Mesure du seuil de douleur à la pression du cervicalgique


La douleur ressentie par le patient cervicalgique peut être quantifiée à l’aide d’un capteur de pression. En plus, cela peut servir à tester les poires, pour voir si elles sont blettes.

fruittest.com

Population-cible : 

Cervicalgiques mis en évidence par le dessin de la douleur, pouvant souffrir depuis plus de 6 mois, des deux sexes, entre 18 et 65 ans, avec une EVA de 5/10 et un Neck Disability Index de 15/50 en moyennes, sans traumatisme cervical objectivable mais pouvant souffrir d’une cervicalgie attribuée à un fléau cervical. 

Procédure : 

Un algomètre digital (Wagner Instruments FDX-25, Greenwich, Connecticut) est appliqué en bilatéral sujet assis à l’angle formé par les fibres du trapèze supérieur ainsi que sur le ventre du tibial antérieur, sujet en décubitus. 

La pression est augmentée graduellement à raison de 5 N/s. Le sujet est invité à signaler à l’examinateur le moment précis ou la pression déclenche une douleur désagréable. 

3 mesures sont réalisées sur chaque site avec une minute de repos entre chaque test. 

L’examinateur répète le test sur le côté controlatéral. 

Une variante élaborée, avec une précision sûrement accrue par l’utilisation d’une gâchette utilisée par le patient et un logiciel, est retrouvé sur cette vidéo.

Praticiens : 

Physiothérapeute d’au moins trois ans d’expérience. 

Fiabilité : 

BoussoleElle est excellente (ICC entre 0,75 et 0,95) en inter-examinateurs (patients comme examinateurs ne pouvaient pas lire le résultat du test lors de sa réalisation). 

Valeurs retrouvées : 

La mesure sur un site à distance de la région cervicale (muscle tibial antérieur) peut être de réponse inadéquate, mais un site proche (muscle trapèze supérieur) s’avère sensible et peut être utile dans le cadre d’une évaluation du changement clinique. 

Validité : 

La sensibilité s’étend de 0,08 à 0,50, la spécificité de 0,82 à 0,97. 

Sans titre

La dépression, le catastrophisme et la kinésiophobie sont en mesure d’expliquer la faible mais statistiquement significative variance locale, le catastrophisme et la kinésiophobie seuls expliquent un écart important entre les mesures distales. 

Conclusions 

Les résultats suggèrent que la mesure est suffisamment fiable mais que trois mesures doivent être prises afin de maximiser les propriétés du test. 


Référence bibliographique 

Walton D et al. Clinical Pressure Pain Threshold Testing in Neck Pain: Comparing Protocols, Responsiveness, and Association With Psychological Variables. PHYS THER June 2014 94:827-837; published ahead of print February 20, 2014, doi:10.2522/ptj.20130369 

Article disponible en ligne