Modulation centrale descendante instrumentale de la douleur 


image.png

Onze patients souffrant d’un échec consécutif à la chirurgie rachidienne ont été traités par stimulation médullaire intense (High Dose Spinal Cord Stimulation soit HD-SCS). 

Ils ont bénéficié d’une implantation d’électrodes avec un système neurostimulateur Restore Sensor ™ SureScan MRI.

La HD-SCS est une stimulation tonique avec une largeur d’impulsion de 500 µsec à la fréquence de 500 Hz. 

Cette étude a analysé les changements de connectivité fonctionnelle dans le système modulateur de la douleur descendant (SMDD) pendant ce traitement, à l’aide d’une IRM fonctionnelle. 

Résultats 

L’étude n’est pas contrôlée ni randomisée donc les résultats ne sont pas à prendre au sens strict (et vous n’êtes pas prêts de faire joujou avec cette électrostimulation 🙂 ) mais elle apporte un éclairage sur ces voies descendantes qui sont notre pain quotidien, désormais. Après traitement, les patients sont moins douloureux et trouvent le sommeil plus vite, gages d’amélioration chez les lombalgiques.

Discussion 

C’est la partie la plus intéressante de l’article ; je vous fais part de ce que j’en ai compris (l’article en accès libre). Bien sûr, toutes ces affirmations sont référencées. 

Le SMDD est un réseau anatomique, régulant le traitement nociceptif en faveur de la facilitation ou de l’inhibition, selon les circonstances. Il contribue à la réponse positive au stress («fight or flight»).

Chez les personnes en bonne santé, les systèmes facilitant et inhibant la douleur descendante sont en équilibre. Chez les patients souffrant de douleur chronique, l’équilibre de ces systèmes est souvent perturbé avec une atténuation de l’inhibition descendante, conduisant à une dérégulation du SMDD. 

Chez les patients souffrant de lombalgie chronique, des signes de couplage entre deux zones cérébrales (zone grise péri-aqueducale, gyrus frontal médial) ont été mis en évidence par rapport aux volontaires sains. L’implication de cette dérégulation ou d’une diminution de l’activation du système inhibiteur endogène est une probabilité plus élevée de développer une douleur chronique. 

Il a été constaté que les patients souffrant de lombalgie chronique ont une latence du sommeil significativement plus élevée que les sujets sains, et il a déjà été déclaré que le SCS pouvait influencer positivement les habitudes de sommeil. 

L’activation des régions cérébrales supérieures impliquées n’est pas exclusive dans le contexte des processus nociceptifs, mais il s’agit plutôt d’une connexion fonctionnelle dans le contexte de la nociception, permettant des interactions entre les facteurs émotionnels et l’expérience de la douleur via le SMDD. 

Par les voies descendantes, le SCS est susceptible de promouvoir la libération de sérotonine et de noradrénaline au niveau de la corne postérieure de moelle. Les neurotransmetteurs, libérés de ces voies descendantes, exercent un effet inhibiteur médullaire. 

Les personnes ayant une forte réceptivité à la nociception pourraient avoir une activité cérébrale plus élevée dans les zones habituellement impliquées, ce qui rend plus probable qu’elles traitent des stimuli nociceptifs ultérieurs comme douloureux. 

La diminution de cette activité dans l’étude suggère que les patients ont une réceptivité plus faible à la nociception pendant la HD-SCS. 

Les auteurs se gardent d’aller trop loin. Outre la limitation d’une taille d’échantillon relativement petite, la littérature soulève des problèmes de fiabilité concernant l’IRMf du tronc cérébral. Les noyaux du tronc cérébral ont une taille plus petite que les structures corticales ou sous-corticales, ce qui implique que leur lecteur travaille à la limite de la résolution spatiale, avec de possibles artéfacts liés aux fluctuations de la cavité thoracique pendant la respiration et / ou les pulsations des grandes artères.


Références bibliographiques 

belgique.gifDe Groote S, Goudman L, Peeters R, Linderoth B, Van Schuerbeek P, Sunaert S, De Jaeger M, De Smedt A, De Andrés J, Moens M. The influence of High Dose Spinal Cord Stimulation on the descending pain modulatory system in patients with failed back surgery syndrome. Neuroimage Clin. 2019 Nov 12;24:102087. doi: 10.1016/j.nicl.2019.102087. Article sous presse.

(article en accès libre)

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s