Tests de mobilité sacro-iliaque 


Position dans laquelle un bâillement antérieur sacro-iliaque a été observé. Aucune étude n’a cependant montré que le faire sur un pied lors d’une prière face au soleil couchant majorait les amplitudes.

La sacro-iliaque : depuis 20 ans, rien n’a bougé

Une faible fiabilité, une absence de preuves de précision diagnostique et l’impasse sur la validité de ces tests… Cette revue systématique [Klerx 2019] soutient les recommandations précédentes selon lesquelles l’utilisation des tests de mobilité sacro-iliaques dans la pratique clinique est problématique. Elle a recherché les preuves récentes sur le sujet, et a trouvé 12 articles nouveaux, dont trois étaient de qualité méthodologique suffisante. Ces trois études ont évalué la fiabilité de huit tests de mobilité et d’un groupe de tests.

Pour la majorité des tests individuels, la fiabilité des inter-testeurs a montré un accord léger à passable. Bien que certains tests et un groupe de tests aient une fiabilité plus élevée, les intervalles de confiance autour de la plupart des estimations de fiabilité étaient importants. 

Puisqu’un test isolé est sans intérêt, pourquoi ne pas grouper les tests ?

Bien que leur fiabilité soit plus élevée que pour les tests individuels et d’une ampleur cliniquement utile, il subsiste une incertitude concernant cette fiabilité qui pourrait être lié à des « artéfacts » statistiques..

  • Grouper des tests de mobilité dont la fiabilité est incertaine avec une dispersion des valeurs très importantes, est-ce raisonnable ?
  • En quoi le cumul de tests «nuls» serait une indication utile ?
  • Un grand nombre de mesures réalisées dans un petit échantillon ont pu biaiser l’estimation quant à l’intérêt des groupements de tests.
Les auteurs ne tiennent pas compte des nouveaux tests comme le HABER test au motif que sa fiabilité n’a été mesurée que sur le sujet sain 

C’est pas faux, mais elle a quand même l’air de tenir la route sur le sujet sain, cette fiabilité, comme vous pouvez le lire en infra dans les travaux de Bussey & de Adhia…

Les chercheurs en sacro-iliaques pourraient se tirer dans les pattes ?

Validité 

Aucune étude sérieuse n’a été réalisée, donc la validité de ces tests est vraiment la question de fond : ces articulations bougent mais en 2019, rien n’indique que leur hyper ou hypo-mobilité soit liée à la présence d’une lombalgie. Et on ne parle même pas de la causalité…

Se limiter à la douleur 

Une douleur sacro-iliaque peut être expérimentalement provoquée comme diminuée (injections intra-articulaires) et, là comme ailleurs, se prononcer sur le caractère douloureux de ces articulations, c’est plus simple, plus fiable et peut être même plus valide, puisque les arthrites y existent…

Ce que l’on sait sur la mobilité

Actuellement, les tests de mobilité sacro-iliaque sont pour le moins perfectibles, voire à abandonner pour certains auteurs. Les objectivations expérimentales de la mobilité sacro-iliaque existent cependant. Melanie Bussey a objectivé ce mouvement de deux façons :

1°- Lors de la scannographie d’une posture unilatérale de hanche en abduction horizontale en procubitus, qui révèle une ouverture bilatérale de l’ordre de 3 à 4°, avec des disparités individuelles importantes [7]. 

2°- A l’aide d’un capteur de type Fastrack® un déplacement médial de l’EIPS étant retrouvé lors d’une mise en abduction et rotation latérale coxo-fémorale. Dans la même étude, l’abduction ou la rotation latérale isolées ne permettent pas un tel bâillement [8] (voir le test HABER).

BoussoleFiabilité

Cette dernière mesure apparaît d’une très bonne fiabilité en inter-opérateurs [1].

Les tests de mobilité sacro-iliaques 

Test du baillement postérieur sacro-iliaque en latérocubitus 

Il nécessite une table à matelassure dense.

LBSans titre-40

Procédure 

Le patient est en latérocubitus controlatéral à l’articulation à tester. Le praticien lui fait face. Il réalise de la main caudale ou du buste un appui vertical sur l’os coxal destiné à rapprocher les deux EIAS. La palpation du sillon médial de l’EIPS est réalisée de l’index de la main crâniale. Le bâillement postérieur est souvent palpable et parfois visible chez des sujets minces. Un baîllement controlatéral est aussi parfois perceptible.

Variante

Il peut être utilisé comme test de compression à la recherche d’une douleur sacro-iliaque et non d’une mobilité. 

BoussoleFiabilité 

Il est alors d’une fiabilité passable à modérée [13]. 

 » Prone knee flexion  » test 

 

Pour lire la suite et accéder à l’ensemble du blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s