Traction lombaire en lordose 


Sans titre

La traction lombaire est réputée inefficace. Les auteurs de cet article avancent qu’il ne peut pas en être autrement si on se contente de tirer horizontalement aux deux bouts du rachis : pour obtenir une expansion discale, il faut aussi placer le rachis en lordose lors de la traction. Pas idiot. Ils avaient déjà proposé cette option pour les tractions cervicales [1]. Ils récidivent en lombaire [2].

Le but de cette étude était de comparer les effets de la traction en lordose lombaire (L-LCCT) et TT nouvellement développée sur les changements fonctionnels chez les patients et les changements morphologiques du disque vertébral. 

Matériel et méthodes  

Un total de 40 patients présentant une dégénérescence discale en L4/L5 ou L5/S1 observée à l’IRM ont été recrutés et divisés en deux groupes (L-LCCT ou TT). 

Indicateurs 

  • Échelle visuelle analogique, Oswestry et Roland-Morris Disability Questionnaire. 
  • Section transversale du canal lombaire avant et après traitement («Measurements were conducted by a single-blinded musculoskeletal radiologist with more than 10 years of experience, using a previously described method»).

Procédure 

L’appareil (Kinetrac-9900, Hanmed Co., Gimhae, Corée) présente un dispositif pour maintenir la courbe lordotique naturelle de la colonne vertébrale lors du traitement. Le patient est en décubitus, thorax et bassin ceinturés. Un marqueur magnétique (?) est fixé à la peau au niveau L4 et un système de suivi automatisé assure le maintien d’une courbe lordotique lombaire pendant la traction. La hauteur du support de la courbe lordotique lombaire est ajusté au point le plus confortable pour chaque patient. La puissance de traction maximale n’excédait pas 50% du poids du patient, afin d’éviter tout dommage musculo-tendineux…

Validité 

Selon les auteurs, avec ou sans mise en lordose, l’EVA est significativement modifiée après traction (p <0,05). Cependant, les scores fonctionnels et les changements morphologiques se sont améliorés de manière significative après le traitement dans le groupe L-LCCT uniquement (p <0,05). 

Commentaire 

Les données sont franchement en faveur de l’appareil expérimental. Si elles ne sont pas bidouillées, c’est donc mieux en lordose… Il ne vous reste plus qu’à suspendre les lombaires de vos patients à la cage poulie pendant que le stagiaire et vous tenterez de lui tirer sur les pattes avant et arrière. Papy Cyriax y avait déjà pensé !


Références bibliographiques

coreedusud.gif[1] CH Lee et al. The Functional and Morphological Changes of the Cervical Intervertebral Disc After Applying Lordotic Curve Controlled Traction: A Double-Blind Randomized Controlled Study Int J Environ Res Public Health 16 (12). 2019. PMID 31248064

[2] Lee CH, Heo SJ, Park SH, Jeong HS, Kim SY. Functional Changes in Patients and Morphological Changes in the Lumbar Intervertebral Disc after Applying Lordotic Curve-Controlled Traction: A Double-Blind Randomized Controlled Study. Medicina (Kaunas). 2019 Dec 19;56(1). pii: E4. doi: 10.3390/medicina56010004.

Articles en rapport avec le sujet

 

Un commentaire

  1. Merci pour cet article.

    Il confirme ce que j’observe au cabinet.

    Si l’on réalise une traction manuelle avec le patient en procubitus + membres inférieurs décollés de la table de 30 cm (en se laissant partir en arrière bras rendus) on peut observer une amélioration des symptômes et de la mobilité en extensions (chez certains patients).
    Une centralisation des symptômes peut parfois être observée)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s