Courir sans impact du talon ? Encore quelques preuves à fournir…


baseball player in gray and black uniform running
Photo de Pixabay sur Pexels.com

De nombreux entraîneurs et thérapeutes encouragent la course à pied en minimisant l’impact de l’arrière-pied (NRFS pour non-rearfoot strike) avec la conviction qu’elle peut traiter et prévenir les blessures et améliorer l’économie de course.

Les auteurs de cette revue systématique avec méta-analyse ont des scrupules de vierges effarouchées pour l’admettre. Pour eux, si vous êtes à l’aise avec la bonne vieille façon de faire, rien n’indique qu’il vous faille changer.

Objectifs 

Les objectifs de cette revue étaient de synthétiser les preuves comparant la course NRFS avec les modèles de course impactant l’arrière-pied (RFS pour rearfoot strike) et de les mettre en relation avec les blessures et l’économie de la course (objectif principal) ainsi que la biomécanique (objectif secondaire).

Conception 

C’est une revue systématique et méta-analyse. 

Résultats sur les blessures et l’économie de la course

Cinquante-trois études ont été incluses. 

Des études rétrospectives à niveau de preuves limité ont indiqué que la course NRFS est associée à des taux plus faibles de blessures liées à des stress répétitifs. 

Les auteurs n’ont pas retrouvé d’études comparant de manière prospective le risque de blessure entre les différents modèles de course. 

Des études avec des niveaux de preuves limitées ont indiqué que l’économie de la course ne différait pas entre les coureurs habituellement RFS ou habituellement NRFS, quelle que soit la vitesse (entre 10.8 & 15.0 km/h). 

Elle est réduite immédatement lorsqu’un modèle de course NRFS est imposé aux coureurs RFS habituels à vitesse lente et modérée. 

Résultats biomécaniques 

La course NRFS diminue les impacts verticaux, l’amplitude de flexion du genou, le stress articulaire fémoro-patellaire. Elle induit un moment de flexion plantaire de la cheville plus élevé .

Conclusion des auteurs

Malgré des avantages biomécaniques reconnus, il n’est pas aujourd’hui possible de faire un lien entre le type de course et un risque majoré de blessure ou une amélioration de l’économie de la course, car les preuves actuelles se limitent aux résultats d’études rétrospectives. 


Références bibliographiques 

canadaaustralieAnderson LM, Bonanno DR, Hart HF, Barton CJ. What are the Benefits and Risks Associated with Changing Foot Strike Pattern During Running? A Systematic Review and Meta-analysis of Injury, Running Economy, and Biomechanics. Sports Med. 2019 Dec 10. doi: 10.1007/s40279-019-01238-y. Article sous presse

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s