Évaluation de la sensibilité du piriforme


Le «syndrome du piriforme» est défini par une douleur à la fesse, aggravée à la position assise, une plus grande sensibilité à proximité de l’épine sciatique, et une mise en tension douloureuse lors de tests d’étirements.

Trois études regroupées sur la fiabilité de la mesure de sa douleur à la palpation, les variations anatomiques retrouvées à la dissection, la validité et l’innocuité de sa puncture sèche.

Procédure

Elle correspond à celle réalisée par Joe Musclé Lino

9782810101559-manuel-palpation-osseuse-musculaire

Fiabilité  

Trente patients jugés comme souffrant d’un syndrome unilatéral du muscle piriforme (30 muscles piriformes affectés et 30 sains) ont été recrutés, et le seuil de douleur à la pression des muscles piriformes sains et affectés a été mesurée à l’aide d’un algomètre numérique [Tabatabaiee 2019].

Les mesures ont été effectuées par deux évaluateurs. Un évaluateur a répété les mesures 24 à 72 heures après l’évaluation initiale par le premier évaluateur.

La fiabilité inter-examinateurs est bonne à excellente (coefficient de corrélation intra-classes entre 0,64 & 0,92).

Le seuil de douleur à la pression du piriforme douloureux est significativement plus bas par rapport au piriforme côté sain (différence moyenne de 12,76 N/cm2 IC95%[15,69 et 9,82], p <0,001).

Variations anatomiques

 

Le but de cette étude était de déterminer les relations entre le muscle piriforme et le nerf sciatique et leurs variations anatomiques.

Matériel et méthodes

La dissection profonde de la région fessière a été réalisée sur 30 membres inférieurs humains, fixés au formol, d’adultes des deux sexes de la population polonaise. Des mesures anthropométriques ont été prises puis analysées statistiquement [Haładaj 2015].

Résultats

La recherche menée a révélé que, en dehors de la structure typique du muscle piriforme, la variation la plus commune était la division du muscle piriforme en deux chefs, avec le nerf fibulaire commun passant entre les deux chefs (20%).

Le groupe des sujets présentant des variations anatomiques du nerf sciatique présentait une plus grande diversité de résultats de mesure morphométrique.

Il y avait une corrélation statistiquement significative entre la longueur du membre inférieur et la distance entre le nerf sciatique et le grand trochanter chez les sujets masculins.

D’autre part, chez les sujets féminins, une corrélation statistiquement significative a été observée entre la longueur du membre inférieur et la distance entre le nerf sciatique et la tubérosité ischiatique.

La distance la plus courte entre le nerf sciatique et le grand trochanter mesurée au niveau du bord inférieur du piriforme était de 21 mm, tandis que la distance la plus courte à la tubérosité ischiatique était de 63 mm.

De telles corrélations devraient être prises en compte lors des procédures médicales invasives pratiquées dans la région fessière.

Conclusions

Il est possible de distinguer plusieurs variations anatomiques du parcours du nerf sciatique dans la région fessière profonde. Les corrélations statistiquement significatives entre certaines mesures anthropométriques n’étaient présentes que dans des groupes particuliers de membres masculins et féminins.

Validité de sa puncture sèche & innocuité de la manoeuvre

La palpation osseuse doit permettre de localiser précisément le piriforme, l’estimation de l’épaisseur de graisse sous-cutanée doit permettre de déterminer la grandeur de l’aiguille.

Des aiguilles de DN ont été placées sur dix-neuf hanches de cadavres non embaumés. La dissection de la musculature postérieure de la hanche a été réalisée pour déterminer l’emplacement de l’aiguille. Une décision binaire (oui / non) a été prise pour déterminer si l’aiguille a atteint le muscle piriforme, a traversé le muscle piriforme et / ou a agressé le nerf sciatique. L’épaisseur moyenne du tissu adipeux, l’épaisseur du muscle grand fessier et la distance perpendiculaire entre l’aiguille et le nerf sciatique ont été mesurées [Kearns 2017].

Résultats :

L’aiguille a atteint le tiers médial du piriforme dans 16 hanches sur 19 (précision de 84,2%) et n’a jamais perforé le nerf sciatique. Il y avait une corrélation moyenne (r = 0,493) voire bonne (r = 0,759) entre la longueur de l’aiguille et l’épaisseur moyenne de graisse pour les hanches gauche et droite, respectivement.

Conclusions :

Sur pièces cadavériques, vous ne touchez habituellement pas le sciatique mais plutôt le muscle ciblé… Cool !
Mais au fait, est-ce que piquer le piriforme, ça sert à quelque chose ?

Si vous le pensez, c’est le moment de le faire :

Dry needling du piriforme sous échographie


Références bibliographiques :

Haładaj R, Pingot M, Polguj M, Wysiadecki G, Topol M. Anthropometric Study of the Piriformis Muscle and Sciatic Nerve: A Morphological Analysis in a Polish Population. Med Sci Monit. 2015 Dec 2;21:3760-8.

Accès à l’article

Gary Kearns, Kerry K. Gilbert, Brad Allen, Phillip S. Sizer Jr , Jean-Michel Brismée, Timothy Pendergrass, Micah Lierly & Deborah York (2017): Accuracy and safety of dry needle placement in the piriformis muscle in cadavers, Journal of Manual & Manipulative Therapy, DOI: 10.1080/10669817.2017.1346745

iranTabatabaiee A, Ebrahimi Takamjani I, Sarrafzadeh J, Salehi R, Ahmadi M. Pressure Pain Threshold in Subjects with Piriformis Syndrome: Test-Retest, Intra-, and Inter-Rater Reliability, and Minimal Detectible Changes. Arch Phys Med Rehabil. 2019 Dec 7. pii: S0003-9993(19)31437-6. doi: 10.1016/j.apmr.2019.10.194. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s