Kinésithérapie & hypersensibilisation d’origine centrale : avantage aux exercices et à la thérapie manuelle 


La plupart des sujets souffrant de douleurs musculo-squelettiques chroniques présentent une hypersensibilité d’origine centrale (HSC). Il s’agit d’un processus généralisé.. 

Cliniquement, l’HSC peut être évaluée par la mesure de la sommation temporelle et de la modulation conditionnelle de la douleur. Elles quantifient les altérations de la nociception pouvant expliquer l’exacerbation et la persistance de la douleur.

L’objectif de cette revue est d’évaluer les effets de la physiothérapie sur la sommation temporelle (ST) et la modulation conditionnée de la douleur (MCD) chez les patients souffrant de douleurs musculo-squelettiques chroniques.

La sommation temporelle (ST)

Elle mesure l’état d’hyperactivité des voies de facilitation de la douleur au niveau de la corne postérieure de moelle épinière.

Elle se caractérise par une augmentation de la perception de la douleur face à des stimuli nocifs brefs et répétés (stimulation des fibres C), qui reflète un processus facilitant la douleur et est évaluée dans le but de quantifier l’état d’excitabilité neuronale de la corne postérieure. Dans plusieurs études, la ST s’est révélée plus élevée chez certains patients souffrant de douleur chronique par rapport aux témoins sains.

La modulation conditionnée de la douleur (MCD)

Elle semble être prédictive du développement de la douleur chronique. Les auteurs se réfèrent au paradigme «pain inhibits pain» traduisant le fait que selon le contexte ou les douleurs concomitantes, un individu peut être plus ou moins douloureux (moindre perception des douleurs de l’épisiotomie lors de l’accouchement sans anesthésie, lors de la période menstruelle, en présence d’un syndrome de l’intestin irritable, …). 

Cliniquement, comment faire pour les mesurer ?

Il existe différentes façons. Le ST peut être testé avant après à l’aide de stimulations mécanique, thermique ou électrique. Il est quantifié par des données classiques, seuil de douleur à la pression, EVA, échelle numérique de la douleur, …

La MCD est mesurée par la réaction douloureuse modulée à l’aide d’un brassard de pression qui génère une douleur ischémique (garrot, tourniquet), le cold pressor test, l’application de chaleur. Un peu moins cliniquement réalisable.

Il semble que les patients présentant une ST augmentée ou une MCD inefficace soient considérés à risque de développer un état douloureux, ressentent une plus grande intensité de la douleur à mesure que la douleur se développe et ont une plus grande tendance à passer d’une douleur aiguë à une douleur chronique. 

À l’inverse, ceux qui ne présentent pas de ST augmentée et dont la MCD est efficace sont moins susceptibles de développer une affection douloureuse. Ils la ressentent moins sévère, ils sont moins susceptibles de passer d’une douleur aiguë à une douleur chronique.

Méthodes

Revue systématique et méta-analyse. 

Résultats 

18 études ont été incluses pour l’analyse qualitative et 16 pour l’analyse quantitative. 

Des différences statistiquement significatives ont été obtenues pour la ST (-0,21, IC 95%[-0,39 à -0,03], p= 0,02, n = 721) et la MCD (0,34 IC 95% [0,12 à 0,56], p = 0,003, p = 680) en faveur de la physiothérapie par rapport aux groupes témoins. 

La thérapie manuelle produit une légère amélioration de la ST et les modalités de physiothérapie améliorent en général la MCD. 

Aucune différence significative entre les sous-groupes de la méta-analyse n’a été trouvée. La qualité méthodologique des études était élevée.

Les techniques ont des effets différents sur les variables liées à l’hyper-sensibilité d’origine centrale, la thérapie manuelle et l’exercice étant les deux techniques qui produisent un effet modéré sur la réduction de la ST, alors que l’éducation et l’électrothérapie ne produisent pas d’effet cliniquement bénéfique. 

Cela suggère que la thérapie manuelle et l’exercice diminuent l’excitabilité neuronale dans la corne dorsale de la moelle épinière, contrairement à d’autres modalités de thérapie.

Conclusions 

La physiothérapie produit une légère amélioration des variables liées à la sensibilisation centrale, avec une diminution de la ST et une augmentation de la MCD par rapport à un groupe témoin chez les patients souffrant de douleurs chroniques. Des différences significatives de la ST ont été identifiées, uniquement dans le sous-groupe thérapie manuelle.

Commentaires

Je suppose qu’ils testent EVA ou PPT avant et après technique pour la sommation temporelle et qu’ils provoquent une douleur expérimentale pour voir comment elle est modulée par la physiothérapie pour la modulation conditionnée de la douleur ?

La mesure de cette dernière permet de classer les sujets en « douillets » ou « durs à cuire » ?


Références bibliographiques 

espagneArribas-Romano A, Fernández-Carnero J, Molina-Rueda F, Angulo-Diaz-Parreño S, Navarro-Santana MJ. Efficacy of Physical Therapy on Nociceptive Pain Processing Alterations in Patients with Chronic Musculoskeletal Pain: A Systematic Review and Meta-analysis. Pain Med. 2020 Feb 25. pii: pnz366. doi: 10.1093/pm/pnz366. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s