Rééducation du contrôle moteur et lombalgie


photo of woman stretching her body
Patient en schéma d’extension / rotation douloureuse en fin de traitement. Ou pas. Photo de Agung Pandit Wiguna sur Pexels.com

Sans titre

Schématiquement, un patient lombalgique est douloureux lorsqu’il se penche en avant ou lorsqu’il se penche en arrière. Shirley Sahrmann a proposé de sensibiliser encore plus cette douleur en extension par l’ajout de l’inclinaison latérale et de la rotation. Cela donne une classe de lombalgiques douloureux dans ces positions combinées et devrait conduire à un traitement spécifique. 

Selon le résumé de cet article, l’objectif de cette étude était d’évaluer les effets d’un traitement spécifique à cette classification. 

Méthodes  

Au total, 39 patients présentant un schéma douloureux en extension / rotation lombaire ont été randomisés en un groupe expérimental (n = 19) et un groupe témoin (n = 20). Les participants du groupe expérimental ont reçu un traitement spécifique, qui comprenait des exercices de contrôle moteur de dissociation des mouvements lombo-pelviens lors des mouvements des membres inférieurs. Les participants du groupe de contrôle ont été encouragés à faire des exercices généraux et ont reçu une formation sur la lombalgie. 

Indicateurs 

L’intensité de la douleur, de l’incapacité, le Fear-Avoidance Belief Questionnaire ainsi que l’activité musculaire des spinaux pendant la marche ont été évaluées avant et après l’intervention. 

Résultats  

Des effets significatifs en faveur du groupe expérimental sur la douleur, le handicap, le FABq ont été observés après intervention. Après 6 semaines, l’activité musculaire des spinaux a diminué de manière significative dans ce groupe expérimental pendant la marche, mais cela ne représente pas une diminution globale (?).

Conclusion : 

Le traitement spécifique à la classification peut être préférable chez les patients présentant un schéma douloureux en extension / rotation [Kim 2019].


Précédemment, sur KINotes

Une revue systématique et méta-analyse par Luomajoki s’intéresse aux effets de ce traitement sur les patients souffrant de lombalgie et présentant des troubles du contrôle du mouvement (altération d’un mouvement rachidien dans une direction donnée), des comportements moteurs rachidiens altérés.

Méthodes

Les bases de données CINAHL, MEDLINE, PUBMED et PEDro ont été consultées jusqu’en avril 2017.
L’échelle PEDro a été utilisée pour évaluer la qualité méthodologique des études. L’approche GRADE a été utilisée pour évaluer la qualité globale des données.

Résultats

Onze études contrôlées randomisées comprenant un total de 781 patients ont été retenues. Ces études, de qualité très faible à modérée, montrent globalement un effet positif de cette prise en charge sur l’incapacité, à la fin du traitement (différence moyenne standardisée de -0,38 IC 95%[-0,68 et -0,09]) comme après 12 mois (DMS de 0,37 IC 95%[-0,61, – 0,04]).

L’intensité de la douleur était significativement réduite après la prise en charge en fin de traitement (DMS à -0,39 IC95%[ -0,69, -0,04]), mais pas après 12 mois (DMS à -0,27, IC à 95%[-0,62, 0,09]).

Conclusion des auteurs

Les interventions de type rééducation du contrôle moteur pour les personnes atteintes de lombalgie chronique et de troubles du contrôle du mouvement semblent être plus efficaces pour améliorer l’incapacité par rapport aux autres interventions, à court et à long terme.

La douleur n’a été réduite qu’à court terme.

Un facteur important est l’identification initiale des patients atteints de troubles du contrôle du mouvement.

Commentaire

Luomajoki ne va pas se tirer une balle dans le pied, vu que ce concept est le sien. Il n’y a cependant aucune raison a priori de mettre en doute la qualité de son travail.

Comme toujours, se pose la question de l’oeuf et de la poule : mouvement altéré donc douleur ou douleur puis mouvement altéré ? Les auteurs y répondent : «This impairment occurs secondary to the presence of pain». Enfin !…

A noter que les auteurs considèrent que cette prise en charge (Sahrmann) est différente de celle proposée par Hodges, qui se polarise sur le recrutement des muscles posturaux profonds (multifide et transverse).

Dans la méta-analyse, les résultats apparaissent encore plus probants lorsque la méthode initiée par Shirley Sahrmann est employée. Les auteurs se basent sur 4 études, dont une pilote.


Références bibliographiques

Luomajoki HA, Bonet Beltran MB, Careddu S, Bauer CM. Effectiveness of movement control exercise on patients with non-specific low back pain and movement control impairment: A systematic review and meta-analysis. Musculoskelet Sci Pract. 2018 Aug;36:1-11. doi: 10.1016/j.msksp.2018.03.008.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Les 4 études sur lesquelles s’appuient les auteurs :

Vibe Fersum, K., O’Sullivan, P., Skouen, J.S., Smith, A., Kvale, A., 2013. Efficacy of classification-based cognitive functional therapy in patients with non-specific chronic low back pain: a randomized controlled trial. Eur. J. Pain 17, 916–928.

Sheeran, L., Van Deursen, R., Caterson, B., Sparkes, V., 2013. Classification-guided versus generalized postural intervention in subgroups of nonspecific chronic low back pain: a pragmatic randomized controlled study. Spine 38, 1613–1625 (Phila Pa 1976).

Saner, J., Kool, J., Sieben, J.M., Luomajoki, H., Bastiaenen, C.H., De Bie, R.A., 2015. A tailored exercise program versus general exercise for a subgroup of patients with low back pain and movement control impairment: a randomised controlled trial with one- year follow-up. Man. Ther. 20, 672–679.

Article disponible en ligne

Salamat, S., Talebian, S., Bagheri, H., Maroufi, N., Jafar Shaterzadeh, M., Kalbasi, G., O’Sullivan, K., 2017. Effect of movement control and stabilization exercises in people with extension related non -specific low back pain- a pilot study. J. Bodyw. Mov. Ther. 21, 860–865.

coreedusudSi-Hyun Kim, Kyue-Nam Park, Oh-Yun Kwon. Classification-Specific Treatment Improves Pain, Disability, Fear-Avoidance Beliefs, and Erector Spinae Muscle Activity During Walking in Patients With Low Back Pain Exhibiting Lumbar Extension-Rotation Pattern: A Randomized Controlled Trial. J Manipulative Physiol Ther. 2020 Apr 17;S0161-4754(20)30014-2. doi: 10.1016/j.jmpt.2019.04.004.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s