Efficacité du dry needling


green pin on brown hay
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Sans titre

Dry Needling et rachialgies

Cet article [Funk 2020] a passé en revue 55 études sur la cervicalgie et 22 pour la région thoraco-lombo-pelvienne, la plupart étant des études contrôlées randomisées. 

Plus de 80% des études font part d’une amélioration substantielle liée au DN dans les indicateurs étudiés. 

Les points-gâchettes sont la plupart du temps les cibles des aiguilles, ainsi que différentes structures myo-fasciales. Le point-gâchette du trapèze supérieur est abordé dans près de la moitié des cas de cervicalgies traitées.

Dans la plupart des études le DN était la seule intervention thérapeutique. On ne sait pas  si c’est mieux qu’une intervention combinée à d’autres traitements. 

La plupart des études incluses n’ont réalisé qu’une seule séance avant d’en évaluer le résultat, ce qui peut ne pas refléter la pratique clinique courante. On ne connait pas la durée et la fréquence optimales des traitements. 

Les améliorations semblent indépendantes des modalités de diagnostic et de traitement.

Commentaire 

Peut être qu’à l’image de la manipulation vertébrale, pour le dry needling, l’important c’est de piquer et peu importe où ?

Des effets modestes sur les cervicalgiques chroniques

Au Brésil

Selon le résumé de cette étude contrôlée randomisée, cotée à 8/10 par PEDro, l’impact du DN est modeste sur la douleur et sans effet sur les déficits d’une cervicalgie chronique.

Objectifs de l’étude : 

Déterminer le bénéfice supplémentaire de la combinaison de DN avec un programme de traitement de physiothérapie basé sur les guides cliniques (exercices et thérapie manuelle) chez les personnes souffrant de douleurs cervicales chroniques.

Méthodes  

Les participants ont été randomisés pour recevoir un traitement de kinésithérapie basé sur les preuves avec ou sans ajout de DN. 

Indicateurs 

EVA, NDI, effet global perçu par le patient, qualité du sommeil, catastrophisme mesurés à 1, 3 et 6 mois.

Résultats : 

116 participants ont été recrutés. Un mois après la randomisation, les sujets qui avaient bénéficié de DN en plus de la kinésithérapie présentaient une réduction de l’intensité moyenne de la douleur statistiquement mais non cliniquement significative. Pas d’effets sur les déficits ni les autres indicateurs. 

En Espagne

Selon le résumé d’une étude [Gallego-Sendarrubias 2020], l’ajout de dry needling dans le cas d’une cervicalgie chronique serait avantageux par rapport à une thérapie par DN factice, auprès de deux groupes traités par thérapie manuelle.
Un essai clinique randomisé en simple aveugle (patient en aveugle ou examinateur ?) a été mené auprès de 101 participants souffrant de douleurs cervicales mécaniques chroniques.
Les participants ont bénéficié de deux séances de traitement. Le groupe expérimental a été traité par thérapie manuelle et DN du point-gâchette le plus mécanosensible. Le groupe témoin a été traité par thérapie manuelle plus DN factice (où ?).
Les différences entre les groupes quant à l’intensité de la douleur étaient significatives (p <0,01).
La douleur a diminué après la première intervention dans le groupe DN + MT (de 3.47 ± 0.25 points sur le NPRS) et plus encore après la deuxième intervention (de 4.76 ± 0.24 points sur le NPRS).
Après 4 semaines, l’intensité de la douleur a différé de la valeur initiale de 4,89 ± 0,27 points sur le NPRS (bon résultat, rapide, dès la 1° séance, donc).
Des différences statistiquement significatives (P <0,001) quant aux seuil de douleur à la pression ont également été retrouvées entre le groupe d’intervention et le groupe témoin. Après la première intervention, une augmentation significative du seuil de douleur à la pression (3,09 ± 0,8 kg / cm2) dans le groupe DN + MTa été observée.
Les amplitudes cervicales ont également montré des différences statistiquement significatives. Après 4 semaines, une réduction statistiquement significative (P <0,001) du NDI a été observée entre les deux groupes.
La thérapie manuelle correspondait à deux séances de 50 minutes chacune avec des techniques myo-fasciales appliquées en thoracique en procubitus, le massage du cou, les étirements des trapèzes et élévateur de la scapula, l’inhibition sous-occipitale, par un kiné ayant de la bouteille dans le domaine.

Références bibliographiques


espagneGallego-Sendarrubias GM, Rodríguez-Sanz D, Calvo-Lobo C, Martín JL. Efficacy of dry needling as an adjunct to manual therapy for patients with chronic mechanical neck pain: a randomised clinical trial. Acupunct Med. 2020 Mar 23:acupmed2018011682. doi: 10.1136/acupmed-2018-011682. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

usaMatthew F Funk, Aric J Frisina-Deyo. Dry Needling for Spine Related Disorders: A Scoping Review. Chiropr Man Therap. 2020 May 11;28(1):23. doi: 10.1186/s12998-020-00310-z.

(article en accès libre)

bresilFábio Franciscatto Stieven , Giovanni Esteves Ferreira , Matheus Wiebusch, Francisco Xavier de Araújo, Luis Henrique Telles da Rosa, Marcelo Faria Silva. No Added Benefit of Combining Dry Needling With Guideline-Based Physical Therapy When Managing Chronic Neck Pain: A Randomized Controlled Trial. J Orthop Sports Phys Ther. 2020 Apr 9;1-21. doi: 10.2519/jospt.2020.9389.


Précédemment sur KINotes

On est bien toujours confronté au même processus, quel que soit le moyen employé : brutaliser le lieu de la douleur dans un environnement thérapeutique, pour rassurer le cerveau sur la non-fragilité de la région source d’inquiétudes.
Après, piquer, charcuter, y passer des ultra-sons, thruster, du moment que le discours du praticien vient renforcer la communication non verbale de la thérapie manuelle….

Certains kinésithérapeutes sont aussi adeptes de l’effraction cutanée. Ils pourront continuer de le faire après avoir lu ces méta-analyses..

De l’intérêt de piquer en profondeur

Dans le traitement d’une rachialgie, faut-il introduire profondément les aiguilles de dry needling ou d’acupuncture ? Est-ce qu’une application plus superficielle est aussi efficace ? C’est une drôle de question pour une thérapie qui cible le muscle… Quelle est la meilleure localisation de l’application par rapport à la douleur ?

Pour répondre à ces questions, cette revue systématique avec méta-analyse a recensé 691 titres via une recherche multi-base de données. 12 études ont été inclus dans la revue systématique et 10 dans la méta-analyse.

Résultats

  • Les études incluses présentent un risque de biais pouvant être élevé, recommandant une interprétation prudente des résultats.
  • Les résultats sont plutôt en faveur d’une application profonde pour ce qui est de l’efficacité sur la douleur, mais l’effet est non significatif sur les déficits.
  • Il apparaît préférable aussi de traiter plutôt sur le lieu de la douleur qu’à distance.

Références bibliographiques

yjmt20.v027.i02.coverGriswold D, Wilhelm M, Donaldson M, Learman K, Cleland J. The effectiveness of superficial versus deep dry needling or acupuncture for reducing pain and disability in individuals with spine-related painful conditions: a systematic review with meta-analysis. J Man Manip Ther. 2019 Mar 19:1-13. doi: 10.1080/10669817.2019.1589030. Article sous presse

Articles en rapport avec le sujet

Et globalement, quel effet ?

 

background board chart data
Photo de Lukas sur Pexels.com

Le JOSPT a fait paraître une revue systématique avec méta-analyse sur le sujet en 2017. Elle s’est attachée à examiner l’efficacité du DN à court et à long terme.

Méthodes

Les essais contrôlés randomisés respectant les critères d’inclusion s’intéressaient à des traitements effectués par des physiothérapeutes comparativement à un groupe témoin ou à une autre intervention.

Résultats

La recherche initiale a identifié 218 articles. Après analyse, 13 ont été inclus. Les scores de l’échelle de qualité PEDro variaient de 4 à 9 sur un score maximal de 10 avec un score médian de 7. Huit méta-analyses ont été effectuées.

  • Immédiatement après l’intervention et jusqu’à 12 semaines de suivi, le DN permet de  diminuer la douleur et augmenter le seuil de douleur à la pression par rapport à un groupe contrôle, un traitement factice ou d’autres traitements.
  • Entre 6 à 12 mois, le DN montre une tendance à diminuer la douleur, mais l’effet du traitement n’est pas statistiquement significatif.
  • Le DN, comparativement au traitement témoin ou simulé, présente un effet statistiquement significatif sur les résultats fonctionnels, mais ne l’est pas comparativement aux autres traitements.

Conclusions

Des preuves de qualité très faible à modérée suggèrent que le DN effectué par les physiothérapeutes soit plus efficace que l’absence de traitement, ou d’autres traitements pour réduire la douleur et améliorer le seuil de douleur de pression chez les patients souffrant de douleurs musculo-squelettiques sur le court-moyen-terme (jusqu’à 3 mois).

Des preuves de faible qualité suggèrent des résultats supérieurs pour les résultats fonctionnels comparativement à une absence de traitement ou à un simulacre de DN.

Cependant, aucune différence dans ces résultats fonctionnels n’existe par rapport à d’autres traitements de physiothérapie.

Il n’existe actuellement aucune preuve d’avantages thérapeutiques du DN sur le long terme.

Référence bibliographique

coverEric Gattie, Joshua A. Cleland, Suzanne Snodgrass. The Effectiveness of Trigger Point Dry Needling for Musculoskeletal Conditions by Physical Therapists: A Systematic Review and Meta-analysis. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 2017 Volume:0 Issue:0 Pages:1–41 DOI: 10.2519/jospt.2017.7096. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Note rédigée originellement sur ActuKiné le Samedi 18 Février 2017

Dry needling & points-gâchettes

pink plastic revolver toy
Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Cette revue systématique d’essais contrôlés randomisés visait à examiner l’efficacité du dry needling dans le traitement des points-gâchettes.

Méthodes

Les études pertinentes publiées entre 2000 et 2015 ont été identifiées en recherchant PubMed, Scopus, The Cochrane Library et Physiotherapy Evidence Database. Les études identifiées par les recherches électroniques ont été sélectionnées contre un ensemble de critères d’inclusion prédéfinis.

Résultats 

Quinze études ont été incluses dans cette revue systématique. Les principaux résultats mesurés étaient la douleur, l’amplitude de mouvement, le déficit, la dépression et la qualité de vie.
Les résultats suggèrent que le dry needling est efficace à court terme pour soulager la douleur, augmenter l’amplitude des mouvements et améliorer la qualité de vie par rapport à une absence d’intervention / une intervention factice / un placebo. Il n’y a pas suffisamment de preuves quant à son effet sur les déficits, la consommation d’antalgiques et la qualité du sommeil.

Conclusions 

En dépit de certaines preuves d’un effet positif à court terme, d’autres essais cliniques randomisés de haute qualité méthodologique, en utilisant des procédures normalisées pour se prononcer sur l’efficacité du dry needling.

Commentaire 

C’est mieux que de ne rien faire en tout cas.


Référence bibliographique 

Espejo-Antúnez L, Tejeda JF, Albornoz-Cabello M, Rodríguez-Mansilla J, de la Cruz-Torres B, Ribeiro F, Silva AG. Dry needling in the management of myofascial trigger points: A systematic review of randomized controlled trials. Complement Ther Med. 2017 Aug;33:46-57. doi: 10.1016/j.ctim.2017.06.003

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s