Le QuickDASH : un bilan du membre supérieur


Sans titre

A la première séance, pendant que je passe sa carte vitale, que je m’escrime à scanner son ordonnance, il se passe 5 à 10 minutes pendant lesquelles :

  • Il inspecte d’un oeil impavide les murs de la pièce, ou
  • Il consulte ses SMS comme un élève regarde ses anti-sèches sous le bureau, ou
  • Il répand 20 années d’imagerie médicale sur un bureau ne lui appartenant pas, ou
  • Il me saoûle avec la description de ses problèmes sans prendre en compte le seul qui m’accapare à ce moment de la séance : arriver à faire que le scanner ne plante pas le logiciel.

A ce moment de la séance, je me dis qu’il faudrait bien l’occuper à faire quelque chose d’intelligent et d’utile, comme par exemple remplir son bilan sur des bases objectives, vu que depuis toutes ces décennies où j’ai cherché le Grâââl ultime du bilan patient, le seul qui tient la route c’est… ce que le patient pense de sa pathologie.

Après avoir repéré sur l’ordonnance qu’il s’agissait d’une tendinite du sus-épineux ou d’une PSH, ou d’une capsulite rétractile, ou d’une…, enfin d’un bobo à l’épaule, il ne me reste plus qu’à lui glisser sous le nez le Quick Dash… Ca va l’occuper quelque temps.

Remarques :

  • Le Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand Questionnaire dit bien aussi que ça ne s’arrête pas à l’épaule, mais c’est bon aussi pour la main et le membre supérieur
  • Pour les vicieux qui souffrent à la fois de l’épaule G et de l’épaule D, Bic à inventé le stylo quatre couleurs : le bleu et le vert pour l’épaule G avant et après les séances, le rouge et le noir pour l’épaule D.
  • J’ai mis au dos du QuickDash la version longue, mais c’est optionnel. Sinon, il reste toujours la possibilité de la version courte et au verso, un dessin de la douleur, une EVA et un GRoC, comme pour le bilan de la lombalgie.
  • Compliqué le calcul du score, non ?

Version Word du score

Quick Dash basique

Quick Dash étendu

Le QuickDASH quésaco ?

La version courte du Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand Questionnaire (QuickDASH) est un questionnaire de 11 items qui évalue la fonction physique et les symptômes chez les personnes souffrant de troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs. Il s’agit d’une version abrégée du DASH original, portant sur 30 items.

Les 11 articles du QuickDASH abordent activités quotidiennes, travail de maison / jardin, shopping, loisirs, soins de la personne, alimentation, sommeil, relations, travail, douleur et dysesthésies / paresthésies.
Comme le DASH, la version QuickDASH contient également deux modules optionnels de quatre points concernant le sport ou la musique ou le travail, qui sont calculés séparément pour permettre un score utilisable dans certaines populations particulières, comme les athlètes et artistes.

Instructions pour la notation

Chaque élément de la section handicap / symptôme du QuickDASH et des modules optionnels utilise une échelle de Likert en cinq points (1-5) ; une valeur plus élevée correspond à une plus grande sévérité des symptômes.

Les scores concernant les symptômes et les modules optionnels sont convertis en un score gradué (0-100) à l’aide d’une formule ; un score plus élevé correspond à une plus grande incapacité et une fonction réduite.

Fiabilité et validité

BoussoleLa cohérence interne (α = 0,92 au 0,95) et la fiabilité (ICC = ≥ 0,93) du QuickDASH sont excellentes.

En outre, le QuickDASH a une validité de construction élevée (p = 0,84) par rapport à l’index SPADI (Shoulder Pain and Disability Index).

Plusieurs études confirment que le QuickDASH est très sensible et valable aussi pour différentes populations de patients présentant des pathologies des membres supérieurs tels qu’après cancer du sein opéré, conséquences des brûlures, jeunes enfants et adolescents, notamment.

Une étude [Budtz 2018] a inclus 261 patients scapulalgiques qui ont rempli ces scores au début de l’étude, à 3 et à 6 mois. Les changement absolus et relatifs ont été analysés à l’aide d’une courbe ROC et comparés avec le Global Rate of Change (GRoC). La zone sous la courbe dépassait 0,70 et le changement minimal ayant de l’importance était de 9,1 et 13,6 à 3 et 6 mois respectivement. 

Une autre étude [Rysstad 2020] a recherché les valeurs du changement minimal ayant un intérêt clinique chez des patients souffrant de scapulalgies pour le QuickDash et le PSFS (Patient Specific Functional Scale).

Les deux échelles font preuve d’une réactivité acceptable auprès de ces patients. Elles sont capables de faire la distinction entre les patients améliorés et ceux qui ne s’améliorent pas. Les valeurs du changement minimal ayant de l’importance ont été estimées entre 10.8 et 13.6 pour le QuickDASH et entre 1.9 et 2.0 pour le PSFS, selon la méthode utilisée. 

QuickDASH ou DASH ?

Les scores semblent être plus cléments avec le QuickDASH qu’avec le DASH, ce qui le conduit à sous-estimer relativement la gravité des symptômes et des handicaps par rapport au DASH.

Il est également moins spécifique que la DASH lors de l’analyse de différents types de symptômes et activités des membres supérieurs. Ainsi, certaines études ne recommande pas son utilisation à des fins de recherche.

Un autre inconvénient est qu’il mesure globalement les symptômes et fonctions du membre supérieur. Ceci est un avantage lors de l’évaluation de polytraumatismes où il est difficile de considérer et d’évaluer les différents segments des membres supérieurs isolément. Mais ces avantages peuvent aussi être une limitation lors de l’évaluation spécifique du poignet ou des doigts.

Avantages

Le QuickDASH est rapide et facile à administrer et peut être utilisé pour évaluer un large éventail de dysfonctionnements musculo-squelettiques des membres supérieurs, ce qui le rend particulièrement utile dans le cadre clinique. Il fournit également une mesure objective de la réponse au traitement.

Il a été validé dans de nombreuses populations de patients et de pathologies des membres supérieurs. Il a également été traduit en plusieurs langues et est disponible gratuitement.

Toutes ces initiatives et caractéristiques le rendent facilement accessibles aux cliniciens du monde entier et c’est un outil couramment utilisé avec une large gamme d’applications cliniques pour le membre supérieur.

Version française (parisienne !) du QuickDASH, en PDF, provenant du site officiel


Références bibliographiques

Budtz CR, Andersen JH, de Vos Andersen NB, Christiansen DH. Responsiveness and minimal important change for the quick-DASH in patients with shoulder disorders. Health Qual Life Outcomes. 2018 Dec 10;16(1):226. doi: 10.1186/s12955-018-1052-2.

(article en accès libre).

Articles en rapport avec le sujet

norvegeTarjei Rysstad, Margreth Grotle, Lars Petter Klokk, Anne Therese Tveter. Responsiveness and Minimal Important Change of the QuickDASH and PSFS When Used Among Patients With Shoulder Pain. BMC Musculoskelet Disord. 2020 May 27;21(1):328. doi: 10.1186/s12891-020-03289-z.

(article en accès libre)

Su Y. QuickDASH. J Physiother. 2014 Sep;60(3):167. doi: 10.1016/j.jphys.2014.06.003.

Article disponible en ligne

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s