La proprioception cervicale est limitée


 

Généralités

La rotation cervicale inférieure est anatomiquement liée à l’inclinaison latérale homolatérale de par la conformation des articulaires postérieures. Une rotation controlatérale est possible grâce au rachis cervical supérieur. Cliniquement une rotation pure, sans inclinaison latérale parasite est l’indication d’un mouvement de qualité.

Les rotateurs profonds du cou produisent de la rotation selon un axe vertical. Ce sont les grand droit postérieur, oblique supérieur et inférieur de la tête, les splénius.

Les rotateurs superficiels comprennent le SCM, les scalènes, les trapèzes supérieurs, l’élévateur de la scapula. Ces muscles sont rotateurs mais participent aussi fortement à l’inclinaison latérale. En conséquence, leur prédominance parmi les rotateurs va, selon Sahrmann [33], compromettre la rotation pure selon un axe vertical.

Observations & signes cliniques 

Analyse de la rotation globale du cou

 Cette analyse est destinée à vérifier la capacité du sujet à réaliser des mouvements purs de rotation.

1°- Patient assis, lui demander de réaliser une rotation complète vers la droite et la gauche, sans consignes supplémentaires.

Des mouvements parasites peuvent se voir, en plus de la douleur. L’irruption d’une extension lors du mouvement de rotation peut être l’indication d’une prédominance du SCM qui étend le rachis cervical supérieur. La présence d’une flexion et/ou d’une translation antérieure concommitante peut être aussi l’indication d’une prédominance du SCM ou des scalènes antérieur et moyen.

2°- Reprendre les mouvements actifs en lui donnant la consigne d’une rotation cervicale pure, autour d’un axe vertical matérialisé par un doigt sur le vertex, dans une position érigée du tronc, sans participation des épaules et du tronc. Le patient assis, mains sur les cuisses, scapula en position neutre, reçoit l’instruction : «tournez votre tête et votre cou le plus loin possible de chaque côté en maintenant votre visage dans un plan vertical et le regard horizontal»

Il doit réaliser une rotation de l’ordre de 70 à 80° de chaque côté, sans mouvement dans un autre plan que le plan horizontal.

Cette rotation pure peut limiter les douleurs engendrées par ces mouvements altérés.

3°- Demander le même mouvement en soutenant les avant-bras du patient pour réduire les tensions neurales et/ou trapèziennes : même chez des sujets jeunes et sains, une augmentation de l’ordre de 10° de la rotation cervicale se retrouve lorsque leurs avant-bras sont posés sur des accoudoirs comparativement au même  mouvement de rotation réalisé en position de repos scapulaire sans appui anté-brachial [2]. 

Valeurs 

Le test est positif lorsque le patient ne peut pas faire ce mouvement sans mouvements dans un autre plan (inclinaison latérale, flexion ou extension), ce qui est plus fréquent chez les patients cervicalgiques.

cropped-boussole-6.pngFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs est très bonne [39]. 

Mesures 

La réduction de la vitesse des déplacements, les erreurs de positionnement articulaire sont fréquemment retrouvées chez le cervicalgique [Hesby 2019]. Les appareils « électroniques » comme The Fly (voir en infra) sont plus fiables et valides que les évaluations classiques pour évaluer les schémas de mouvement perturbés. 

Test de poursuite oculaire en torsion cervicale (Smooth Pursuit Neck Torsion Test) 

Il s’agit de rechercher des perturbations des capacités de poursuite oculaire, contemporaines de la cervicalgie notamment celle attribuée à un fléau cervical. 

Procédure 

Le patient est assis sur un tabouret dans un coin de pièce. Un triangle équilatéral, avec des côtés de 1 m de long, est marqué sur le sol. Le tabouret est placé au sommet du triangle. Deux bâtons sont enfichés dans des socles en polystyrène sur les autres sommets du triangle. Les deux bâtons ont des marqueurs de couleur (pinces à linge) qui peuvent être ajustés au niveau des yeux des participants. 

Un appareil photo est positionné sur un trépied exactement au centre du triangle et peut être réglé au niveau des yeux. 

Cinq tests sont effectués en position assise. 

Le patient est invité à effectuer des déplacements de la têt et du cou aussi précisément et aussi rapidement que possible pendant les tests.

Chaque test est enregistré sur vidéo pendant 10 secondes. Aucun temps de repos n’est autorisé entre les tests, sauf pour permettre un temps d’instruction court pour le test suivant. Les lunettes et les lentilles de contact sont portés comme d’habitude.

1- Mouvements oculaires à droite et à gauche tout en maintenant la tête dans la position neutre :

En position assise redressée, les marqueurs ajustés au niveau des yeux. Le sujet doit maintenir sa tête en position neutre tout en déplaçant ses yeux latéralement d’un marqueur à l’autre le plus rapidement possible pendant 10 secondes. 

2- Stabilité du regard

Les sujets ont été invités à maintenir un regard stable sur l’appareil photo tout en déplaçant leur tête vers la gauche et vers la droite aussi loin et aussi vite que possible pendant 10 secondes. 

3- Mouvements séquentiels de la tête et des yeux

« Déplacez vos yeux vers le marqueur droit tout en maintenant votre tête immobile, puis tournez la tête vers le même marqueur, en gardant le regard fixe, ensuite, déplacez vos yeux vers le marqueur gauche tout en gardant votre tête sur le côté droit, puis tournez votre tête vers le marqueur gauche, faites-le aussi précisément et aussi vite que possible, continuez pendant 10 secondes ». 

4 & 5 – Mouvements de la tête avec une rotation relative du cou de 45 ° vers la droite / gauche :

Le test des mouvements oculaires décrit précédemment, a été répété avec une rotation relative du cou de 45 ° vers la gauche et la droite.

Les sujets sont assis sur le tabouret à 45° vers la gauche et tournent la tête vers l’appareil photo, soit une rotation relative de 45°. Idem en assise à 45° vers la droite.

Une classification en trois grades, qualitative ordonnée, de la qualité de la poursuite peut être réalisée. 

cropped-boussole-6.pngFiabilité 

Les kappas pondérés indiquent la plupart du temps une bonne concordance entre examinateurs (k > 0,7) [7]. 

Validité 

Comparé à Se Sp RV+ RV- Références bibliographiques
Données chez le sujet sain 0,78 0,86 5,57 0,26 Della Casa 2014
Électro-oculographie 0,63 0,89 5,73 0,42 Daly 2018

La position en rotation du cou est facilitatrice pour ce test chez les patients cervicalgiques et ne le serait pas chez les patients vestibulaires [40].

Mesure de la proprioception cervicale au stylo laser

 

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s