Intérêt du trapèze dans le conflit sous acromial


Photo de Pixabay sur Pexels.com

Généralités

Jusqu’à 54 % des personnes atteintes d’une douleur d’épaule déclarent souffrir de douleurs persistantes après trois ans [1].

Le syndrome de conflit sous-acromial (CSA)est la cause la plus fréquente de la douleur à l’épaule, représentant 40 % des troubles de l’épaule [2]. Une étude récente en France [3] a identifié le CSA comme le trouble du membre supérieur le plus fréquent dans la population active.

L’un des facteurs étiologiques supposés pour le développement ou la persistance du CSA est une activation musculaire anormale [4, 5].

Cette revue systématique de la littérature voulait examiner s’il existait une différence d’activité électromyographique (EMG) (au niveau du moment et de l’intensité de l’activation des muscles) du complexe de l’épaule entre les personnes souffrant d’un conflit sous acromial (CSA) et un groupe témoin.

Méthodes 

Les bases de données Medline, CINAHL, AMED, EMBASE et la littérature grise ont été consultées depuis leur création jusqu’en novembre 2008.

Une grande hétérogénéité entre les études en ce qui concerne les méthodes d’évaluation, les tâches fonctionnelles et les muscles évalués ne permettaient pas une méta analyse.

Une valeur p de 0,05 est considérée comme le niveau de signification statistique.

Six études ont utilisé l’EMG de surface [5,6-9,11], une a utilisé l’EMG intramusculaire [10] et deux ont utilisé les deux [4,12] selon le muscle étudié.

Résultats 

11 articles représentant 141 personnes avec un conflit sous acromial et 138 personnes dans le groupe contrôle ont été inclus.

Entre une et cinq études ont examiné chaque muscle, pour un total de 20 à 182 participants.

Il n’a pas été montré de différence dans le % contraction maximal volontaire à l’EMG pour les muscles supraspinatus (supra épineux), teres minor (petit rond), biceps, serratus anterior (dentelé antérieur), deltoïde antérieur et postérieur.

Il existe des preuves limitées ou contradictoires qui suggèrent qu’une différence dans le % contraction maximal volontaire à l’EMG lors de certaines tâches pour les muscles suivants : infraspinatus (infra épineux), subscapularis (subscapulaire), trapèze supérieur, moyen et inférieur, deltoïde moyen et activité du latissimus dorsi (grand dorsal).

Les deux études les plus qualitatives sur cinq font état d’une augmentation significative de l’intensité de l’EMG dans le trapèze supérieur durant l’abduction de l’épaule dans le plan de l’omoplate chez les sujets atteints d’un CSA.

Deux études ont mis en évidence une activation retardée du trapèze inférieur chez les patients atteints d’un CSA.

Il n’y avait pas d’autre preuve d’une différence constante dans l’activité de l’EMG entre les deux groupes.

Conclusions

Il peut exister une différence d’activité EMG dans certains muscles, en particulier le trapèze supérieur et inférieur, pour les personnes atteintes d’un CSA.

Les échantillons des études était souvent insuffisante pour effectuer un calcul de puissance.

Ces différences devraient être étudiées dans le cadre d’une enquête plus large et de haute qualité et les effets du ciblage thérapeutique de ces muscles dans un essai contrôlé randomisé.

Application clinique

Quelques pistes de réflexion peuvent être ouverte par cet article, même s’il persiste encore des doutes vu l’hétérogénéité des études.

L’intérêt de la sollicitation du trapèze inférieur de manière précoce chez les patients souffrant d’un conflit sous acromial. Celui-ci peut se faire par l’intermédiaire d’exercice spécifique ou par l’utilisation de l’électrothérapie pour permettre la prise de conscience du patient.

Le trapèze supérieur doit être quant à lui être pris en compte : des exercices de relâchement par étirement ou par utilisation de feedback (par un miroir) peuvent être utilisés.

Références bibliographiques

Chester R, Smith TO, Hooper L, Dixon J. The impact of subacromial impingement syndrome on muscle activity patterns of the shoulder complex: a systematic review of electromyographic studies. BMC Musculoskelet Disord. 2010 Mar 9;11:45. doi: 10.1186/1471-2474-11-45. PMID: 20214817; PMCID: PMC2846868.

  1. Neer C, Walch RP. The shoulder in sports. Orthopaedic Clinic of North America. 1977;8:583–591. 
  2. Roquelaure Y, Ha C, Leclerc A, Touranchet A, Sauteron M, Melchior M, Imbernon E, Goldberg M. Epidemiologic Surveillance of Upper-Extremity Musculoskeletal Disorders in the Working Population. Arthritis & Rheumatism (Arthritis Care & Research) 2006;55:765–778. doi: 10.1002/art.22222. 
  3. Bandholm T, Rasmussen L, AAgaard P, Jenson BR, Diederichsen L. Force steadiness, muscle activity, and maximal muscle strength in subjects with subacromial impingement syndrome. Muscle and Nerve. 2006;34:631–639. doi: 10.1002/mus.20636. 
  4. Ludewig PM, Cook TM. Alterations in shoulder kinematics and associated muscle activity in people with symptoms of shoulder impingement. Physical Therapy. 2000;80:276–291. 
  5. Michener LA, Walsworth MK, Burnet EN. Effectiveness of rehabilitation for patients with subacromial impingement syndrome: a systematic review. Journal of Hand Therapy. 2004;17:152–64. doi: 10.1197/j.jht.2004.02.004. 
  6. Cools AM, Declercq GA, Mahieu NN, Witrouw EE. Trapezius activity and intramuscular balance during isokinetic exercise in overhead athletes with impingement symptoms. Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sports. 2007;17:25–33.
  7. De Morais Faria CD, Fuscaldi Teixeira-Salmelda L, de Paula Goulart FR, de Souza Moraes GF. Scapular muscle activity with shoulder impingement during lowering of arms. Clinical Journal of Sports Medicine. 2008;18:130–136. doi: 10.1097/JSM.0b013e318160c05d. 
  8. Finley MA, McQuade MJ, Rodgers MM. Scapular kinematics during transfers in manual wheelchair users with and without shoulder impingement. Clinical Biomechanics. 2005;20:32–40. doi: 10.1016/j.clinbiomech.2004.06.011. 
  9. Reddy AS, Mohr KJ, Pink MM, Jobe FW. Electromyographic analysis of the deltoid and rotator cuff muscles in persons with subacromial impingement. Journal of Shoulder and Elbow Surgery. 2000;9:519–523. doi: 10.1067/mse.2000.109410. 
  10. Cools AM, Witvrouw EE, Declercq GA, Danneels LA, Cambier DC. Scapular muscle recruitment patterns: Trapezius muscle latency with and without impingement symptoms. The American Journal of Sports Medicine. 2003;31:542–549. 
  11. Moraes GFS, Faria CDCM, Fuscaldi Teixeira-Salmelda L. Scapular muscle recruitment patterns and isokinetic strength ratios of the shoulder rotator muscles in individuals with and without impingement syndrome. Journal of Elbow and Shoulder Surgery. 2008;17:48S–53S. doi: 10.1016/j.jse.2007.08.007. 
  12. Clisby E, Bitter NL, Sandow MJ, Jones MA, Magarey ME, Jaberzadeh S. Relative contributions of the infraspinatus and deltoid during external rotation in patients with symptomatic subacromial impingement. Journal of Elbow and Shoulder Surgery. 2008;17:87S–92S. doi: 10.1016/j.jse.2007.05.019. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s