Les fibulas se déplacent encore en 2021


Sans titre

Il est encore avancé qu’une divergence de position de la fibula par rapport au tibia soit un facteur de la persistance d’une instabilité chronique de cheville (IAC). Des études antérieures ont donné des résultats contradictoires, peut-être parce que les mesures étaient faites en décharge.

Objectifs : 

Comparer la position fibulaire normalisée en charge chez les personnes souffrant d’IAC avec des témoins sains. 

Conception : 

Une radiographie latérale en charge a été prise de la cheville affectée de 33 adultes atteints d’IAC et de 33 sujets sains similaires par ailleurs. 

La distance entre les bords antérieurs des extrémités distales du péroné et du tibia a été enregistrée, puis normalisée en proportion de la largeur maximale du tibia. 

La position normalisée du péroné a été comparée entre les groupes à l’aide de tests t indépendants. 

Des coefficients de corrélation intra-classe ont été calculés pour déterminer la fiabilité des mesures. 

Une courbe ROC a été utilisée pour déterminer la sensibilité, la spécificité et un score limite pour différencier les individus atteints d’IAC des sujets témoins en utilisant la position fibulaire normalisée. 

Sans titre

Résultats : 

La position fibulaire normalisée était significativement différente (IAC, 29,7 (6,6)% ; sujets sains, 26,7 (4,8)%) entre les groupes. 

Les mesures de la fiabilité intra-évaluateur (0,99, 95 % IC = 0,98 à 1,00) et inter-évaluateur (0,98, 95 % IC = 0,96 à 0,99) étaient toutes deux excellentes. 

Le seuil de la position fibulaire normalisée était de 27%, avec un score supérieur à 27% indiquant une plus grande chance d’être dans le groupe IAC. La sensibilité était de 69,7 % et la spécificité de 54,5 % pour ce seuil. 

Conclusion : 

Une position légèrement antérieure du péroné par rapport au tibia a été observée chez les personnes souffrant d’IAC. 

Et pourquoi elles se déplaceraient, alors ? 

La discussion me laisse sur la faim : 

« The finding of an anteriorly positioned fibula in the present study lends support to Mulligan’s hypothesis of a fibular ‘positional fault’ in chronic cases of injury or sprain of the ankle. It also supports the biological rationale for MWM which attempts to correct the ‘positional fault’ through the pain-free application of a manual glide (usually a posteriorly directed mobilization) of the fibula while the patient performs the impaired active or functional movements. While the mechanism leading to the observed anterior fibular positional change in CAI is unclear, it may be associated with mechanical instability in some cases ».

Plutôt que des propos qui rappellent les concepts des rebouteux, pourquoi ne pas imaginer que la statique du pied puisse être parfois différente chez les plaignoux du ligament ?


Références bibliographiques 

australiesrilankaIshanka Weerasekara, Peter G Osmotherly, Suzanne Snodgrass, John Tessier, Darren A Rivett. Is the fibula positioned anteriorly in weight-bearing in individuals with chronic ankle instability? A case control study. J Man Manip Ther. 2020 Nov 13;1-8. doi: 10.1080/10669817.2020.1844852. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s