Les patients souffrant de céphalées cervicogènes sont-ils moins bien empilés que les autres ?


Dragons, sculpture de Kenneth Snelson. Image issue du site http://kennethsnelson.net

Une étude qui évalue la corrélation entre les déséquilibres posturaux et les céphalées cervicogènes…

Objectif : évaluer les différences dans l’alignement vertébral 3D de sujets souffrant de céphalées cervicogènes chroniques, comparé à des sujets contrôles asymptomatiques.

Design : comparaison de cohorte en simple aveugle

Méthode : 100 participants souffrant de maux de tête fréquents depuis au moins 3 mois et qui remplissaient les critères du CHISG (Cervicogenic Headache International Study Group), ont été appariés par âge et genre à 100 sujets asymptomatiques (groupe contrôle). Un dispositif Formetric 4D a été utilisé pour évaluer les variables posturales suivantes :

  • cyphose thoracique : angle mesuré entre la tangente à la charnière cervico-thoracique et la tangente à la jonction thoraco-lombale
  • déséquilibre latéral du tronc (en mm) : dans le plan frontal, déviation de l’épineuse de C7 par rapport à la ligne médiane (considérée comme la ligne verticale située à mi-distance des fossettes sacro-iliaques)
  • inclinaison antérieure du tronc (en mm) : dans le plan sagittal, distance entre la verticale abaissée de l’extrêmité de l’épineuse de C7 d’une part, et la verticale abaissée de la mi-distance entre les fossettes sacro-iliaques d’autre part.
  • lordose lombale : angle entre la tangente à la charnière thoraco-lombale et la tangente à la charnière lombo-sacrée.
  • rotation vertébrale : mesurée par la moyenne quadratique (Root Mean Square, en degrés) des écarts par rapport à la symétrie.

Une analyse de régression logistique a été utilisée pour déterminer dans quelle mesure les paramètres posturaux étaient associés à la présence de céphalées cervicogènes.

Résultats : il y avait des différences significatives entre le groupe céphalées cervicogènes et le groupe contrôle pour toutes les variables posturales, indicant de plus grands déséquilibres posturaux dans le groupe céphalées cervicogènes : cyphose thoracique (p < 0,001), déséquilibre latéral du tronc (p <0,001), inclinaison antérieure du tronc (p < 0,001), lordose lombale (p < 0,001), rotation vertébrale (p < 0,001). La régression logistique a montré qu’à mesure que les déséquilibres posturaux augmentent, la probabilité de présenter des céphalées cervicogènes augmente : cyphose thoracique (p < 0,001), déséquilibre latéral du tronc (p < 0,004), inclinaison antérieure du tronc (p < 0,001) et rotation vertébrale (p = 0,007). Une telle relation n’a pas été retrouvée pour la lordose lombale.

Conclusion : les participants souffrant de céphalées cervicogènes présentaient une augmentation des déséquilibres posturaux thoraco-lombaires par rapport à des sujets asymptomatiques.

Références bibliographiques

Moustafa IM, Shousha TM, Harrison DE. An investigation of 3D spinal alignment in cervicogenic headache. Musculoskelet Sci Pract. 2021 Feb;51:102284. doi: 10.1016/j.msksp.2020.102284.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s