Il a été retrouvé un effet anti-inflammatoire à la manipulation vertébrale lombaire


homme en chemise rouge et illustration de pantalon

Après manipulation vertébrale, il avait précédemment été observé une modulation de la production de chimiokines nociceptives chez le lombalgique (voir en infra). 

La présente étude évalue ses effets sur d’autres médiateurs inflammatoires dans les mêmes cohortes de patients souffrant de lombalgie.

Méthodes :

 Des patients atteints de lombalgie aiguë (n = 22) et chronique (n = 25) avec des scores de douleur minimum de 3 sur une échelle numérique de 10 points, et des témoins asymptomatiques (n = 24) ont été recrutés selon des critères d’exclusion stricts. 

Des échantillons de sang ont été obtenus au départ et après 2 semaines pendant lesquelles les patients ont bénéficié de 6 séances de manipulation vertébrale lombaire ou lombo-sacrée. 

La production in vitro du facteur de nécrose tumorale (TNFα), de l’interleukine-1 β (IL-1β), de l’IL-6, de l’IL-2, de l’interféron ɣ (IFNɣ), de l’antagoniste du récepteur de l’IL-1 (IL-1RA), du récepteur soluble du TNF de type 2 (sTNFR2) et de l’IL-10 a été déterminée par des immuno-essais spécifiques (vous m’en direz tant). 

Des statistiques paramétriques et non paramétriques ont été utilisées pour déterminer la signification des différences entre et au sein des groupes d’étude avant et après la TMS. Les estimations de la taille de l’effet (ES) ont été obtenues en utilisant le d de Cohen.

Résultats 

Par rapport aux témoins asymptomatiques, les scores de changement liés à la manipulation vertébrale étaient significatifs (p = 0,03-0,01) pour la réduction des niveaux de production de TNFα dans les deux cohortes de patients et ceux de l’IL-6, IFNɣ et sTNFR2 (p = 0,001-0,02) chez les patients souffrant de lombalgie chronique. Un ES supérieur à modéré à important (d > 0,6-1,4) a été observé pour ces médiateurs.

Par rapport aux valeurs de base respectives, une réduction significative post-manipulation vertébrale (p = 0,01) de la production d’IL-6 n’a été détectée que chez les patients atteints de lombalgie chronique, tandis qu’une augmentation significative de la production d’IL-2 (p = 0,001 par rapport au groupe témoin, et p = 0,004 par rapport au groupe atteint de lombalgie chronique) et un ES important (d = 0,87) ont été observés chez les patients atteints de lombalgie aiguë. 

Les scores de douleur et d’incapacité ont diminué de manière significative (P < 0,001) chez tous les patients atteints de lombalgie, et étaient positivement corrélés (P = 0,03) avec les niveaux de IFNɣ et d’IL-2 dans la cohorte de lombalgie aiguë.

Conclusion : 

Dans une étude exploratire, un traitement manipulatif même de courte durée chez les patients souffrant de lombalgie non spécifique a entraîné des altérations significatives, bien que limitées et diverses, de la production de plusieurs des médiateurs étudiés dans cette étude. 

Référence bibliographique

canadaJulita A Teodorczyk-Injeyan, John J Triano, Robert Gringmuth, Christopher DeGraauw, Adrian Chow, H Stephen Injeyan . Effects of spinal manipulative therapy on inflammatory mediators in patients with non-specific low back pain: a non-randomized controlled clinical trial. Chiropr Man Therap. 2021 Jan 8;29(1):3. doi: 10.1186/s12998-020-00357-y.

Article en accès libre en cliquant sur le titre.


Chimiokines et manipulation vertébrale

L’implication des composants inflammatoires dans la physiopathologie de la lombalgie est mal comprise. Il a été suggéré que la thérapie de manipulation vertébrale puisse avoir des effets anti-inflammatoires.

Objectifs

Le but de cette étude était de déterminer l’implication des chimiokines associées à l’inflammation (série CC) dans la pathogenèse de la lombalgie non spécifique et d’évaluer l’effet de la manipulation vertébrale sur ce processus.

300px-IL8_Solution_Structure.rsh

Chimiokine

Méthodes

Les patients présentant une lombalgie non spécifique non radiculaire (avec un score de douleur minimum de 3 sur échelle visuelle analogique à 10 points) ont été recrutés selon des critères d’inclusion stricts.
Ils ont été évalués afin de déterminer la pertinence de les traiter par manipulation vertébrale lombo-sacrée.

Un échantillon de sujets similaires non-lombalgiques a servi de groupe contrôle comparativement à deux groupes de lombalgiques aigus ou chroniques.

Des échantillons de sang ont été prélevés avant et après série de 6 séances de manipulation, à raison d’une tous les deux jours, sur une période de deux semaines. La manipulation vertébrale n’est pas décrite précisément, elle peut être lombaire comme sacro-iliaque, mais c’est du high velocity low amplitude.

Les niveaux in vitro de production de chimiokine CC (CCL2, CCL3 et CCL4) et les taux plasmatiques d’un biomarqueur inflammatoire, E-sélectine soluble (sE-sélectine), ont été déterminés au départ et à la fin des traitements 2 semaines plus tard.

Résultats

Par rapport aux sujets contrôles asymptomatiques, la production de base de toutes les chimiokines était significativement plus élevée dans les cas aigus (p = 0,004 à <0,0001), celles de CCL2 et CCL4 l’était dans les cas de lombalgie chronique (p <0,0001).

De plus, la production de CCL4 était significativement plus élevée (P <0,0001) dans le groupe lombalgie aigu versus lombalgie chronique. Les taux de sE-sélectine étaient significativement plus élevés (p = 0,003) chez les patients lombalgiques chroniques.

Après manipulation vertébrale, les résultats rapportés par les patients ont montré des améliorations significatives (p <0,0001) de l’échelle visuelle analogique et du score Oswestry Disability Index.

Cela s’est accompagné d’une baisse significative de la production de CCL3 (P <0,0001) dans les deux groupes de patients. Les scores de changement pour la production de CCL4 différaient significativement (P <0,0001) seulement pour la cohorte lombalgie aiguë, et aucun effet sur la production de CCL2 ou de sE-sélectine plasmatique n’a été noté dans les deux groupes.

Conclusion

La production de cytokines chimiotactiques augmente significativement et de façon prolongée chez les patients souffrant de lombalgie. Les changements dans les niveaux de production de chimiokines, qui pourraient être liés à la manipulation vertébrale, diffèrent dans les cohortes de patients lombalgiques aiguës et chroniques.

Commentaire

Vous voulez que je vous explique ce que sont les chimiokines ? Vous pouvez compter sur Wikipedia, parce que de mon côté…  je risque d’avoir un peu de mal d’éclaircir votre lanterne.

Mais je me suis renseigné auprès de futurs prescripteurs d’anti-inflammatoires, qui doivent donc être à la pointe de la connaissance universitaire. Et j’ai la réponse : «Beuh.. C’est des trucs qu’on a vu passer en PACES et en 4° année, mais j’en sais pas plus…tu peux toujours regarder là.»

C’est là, donc


Référence bibliographique

Teodorczyk-Injeyan JA, McGregor M, Triano JJ, Injeyan SH. Elevated Production of Nociceptive CC Chemokines and sE-Selectin in Patients With Low Back Pain and the Effects of Spinal Manipulation: A Nonrandomized Clinical Trial. Clin J Pain. 2018 Jan;34(1):68-75.

Accès à l’article

Articles en rapport avec le sujet


Autres articles sur le sujet parus en Janvier 2021

The Effects of Spinal Manipulation on Motor Unit Behavior

One Session of Spinal Manipulation Improves the Cardiac Autonomic Control in Patients with Musculoskeletal Pain: A Randomized Placebo-Controlled Trial

Effects of manual therapy on fear avoidance, kinesiophobia and pain catastrophizing in individuals with chronic musculoskeletal pain: Systematic review and meta-analysis

The comparative effects of spinal manipulation, myofascial release and exercise in tension-type headache patients with neck pain: A randomized controlled trial

2 commentaires

  1. Super !

    Et on fait quoi d’une information aussi importante ?

    Parce que, au final c’est plutôt de savoir si le patient va mieux, et si son amélioration est en lien avec ce qu’on a fait… Plutôt que de savoir se qui pourrait expliquer pourquoi peut être ça a marché.

    En fait c’est même encore plus important de savoir à qui il faut faire tel ou tel traitement… Puisque si tu leur fait le bon traitement ils iront mieux, non ?

    Bref plus on cherche plus on trouve… Mais à quoi ça sert et surtout ce que ça change pour le patient ?

    Amitiés

    J'aime

  2. C’est vrai pour toutes les techniques, ta remarque. Mais c’est peut être pas plus mal de savoir qu’il y a une autre explication que la remise en place de vertèbres déplacées. Toujours satisfait du modèle discal en MDT ? 😀

    Après, ce que cela change pour le patient, c’est que tu pourras lui expliquer ton mode d’action une fois que tu l’auras compris, ce qui sera plus pertinent que de répondre à la question « et là elle est remise en place ? » par une pirouette. Et un patient mieux informé est un patient mieux soigné.

    Amitiés itou

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s