Le supra-épineux n’est pas le starter de l’abduction


photo en gros plan du dos de la personne

Il est communément affirmé que le supra-épineux initie l’abduction ; cependant, il n’existe aucune preuve directe pour soutenir cette affirmation. 

Des études in vivo et in vitro anciennes indiquent que sa paralysie n’entrave pas la capacité d’abduction de l’épaule, mais son rôle de starter est toujours universellement rapporté dans les manuels d’anatomie. 

De nombreuses études confirment que le supraspinatus est actif pendant toute l’amplitude de l’abduction de l’épaule, mais il n’y a aucune preuve directe pour soutenir l’affirmation qu’il la débute.

Objectifs de l’étude

  • Déterminer si le supra-épineux initie l’abduction de l’épaule en s’activant avant le mouvement et significativement plus tôt que les autres muscles de l’épaule 
  • Déterminer si la charge ou le plan du mouvement influençait le moment du recrutement du supra-épineux. 

Méthodes : 

Des enregistrements électromyographiques (de surface pour les muscles superficiels, par aiguilles pour les muscles profonds) ont été effectués sur sept muscles de l’épaule de quatorze volontaires pendant l’abduction de l’épaule dans les plans coronal et scapulaire et dans un plan antérieur de 30° au plan scapulaire, à 25%, 50% et 75% de la charge maximale. 

Le moment de l’activation initiale d’un muscle a été déterminé comme le moment où l’activation moyenne (sur une fenêtre mobile de 25 ms) était supérieure de trois écarts-types aux mesures de base. 

Résultats : 

Tous les muscles testés ont été activés avant le début du mouvement. 

Le sous-scapulaire a été activé significativement plus tard que le sus-épineux, l’infra-épineux, le deltoïde et le trapèze supérieur, alors que le sus-épineux, l’infra-épineux, le trapèze supérieur, le trapèze inférieur, le serratus anterior et le deltoïde avaient tous des temps d’activation initiale similaires. 

Conclusions : 

Le supra-épineux est recruté avant le mouvement de l’humérus en abduction mais pas plus tôt que de nombreux autres muscles de l’épaule, y compris l’infra-épineux, le deltoïde et les muscles axio-scapulaires. L’affirmation commune que le supraspinatus initie l’abduction est donc trompeuse [Reed 2013].

Pas de quoi faire la révolution : le rôle de stabilisateur n’est pas discuté

Les études de force montrant que le supraspinatus a un bras de moment favorable soutiendraient cette interprétation de son rôle fonctionnel pendant les étapes initiales d’abduction de l’épaule, pour stabiliser l’articulation gléno-humérale pendant l’abduction et, par conséquent, augmenter l’efficacité du deltoïde. 

Ces études indiquent que pendant l’abduction, la coiffe des rotateurs s’active en réponse à la contraction simultanée du deltoïde, assurant la stabilité, en s’opposant aux forces de translation supérieures produites par le deltoïde sur l’humérus. 

L’Infraspinatus y parvient en exerçant une force médiale et inférieure sur la tête humérale, tandis que le supraspinatus exerce une force compressive médiale qui maintient la tête humérale au centre de la fosse glénoïde. 

Le sous-scapulaire présente une activation initiale plus tardive que le supra-épineux et l’infra-épineux, peut être parce que le mouvement demandé implique de la rotation latérale et non de la rotation médiale, ce qui favorise la sollicitation plus précoce des supraspinatus et infraspinatus.  

Le deltoïde peut compenser la parésie expérimentale du supra-épineux

Cette autre étude [McCully  2007] a vérifié ce phénomène en examinant les effets de la paralysie des muscles supra-épineux et infra-épineux par un bloc du nerf suprascapulaire sur l’activité électrique de sept muscles de l’épaule. Des données électromyographiques ont été recueillies avant et après l’administration du bloc. Le bloc a entraîné une augmentation significative de l’activité musculaire pour tous les chefs du deltoïde, avec un pourcentage d’augmentation plus élevé noté à des angles d’élévation plus faibles. 

Bien que l’activité du deltoïde ait diminué au fur et à mesure que les effets du bloc anesthésique s’amenuisaient, les auteurs ont constaté que même de faibles niveaux de dysfonctionnement de la coiffe entraînaient une augmentation de l’activité du deltoïde. 

Ces résultats suggèrent que même de petites perturbations de la fonction normale de certains muscles de la coiffe des rotateurs (par exemple, en raison de la fatigue ou d’un syndrome d’impingement), peuvent entraîner une augmentation de l’activité du deltoïde. Il est possible qu’une telle compensation entraîne des charges supérieures plus élevées au niveau de l’articulation gléno-humérale, ce qui pourrait augmenter le risque de lésions tendineuses.


Références bibliographiques 

McCully SP, Suprak DN, Kosek P, et al. Suprascapular nerve block results in a compensatory increase in deltoid muscle activity. J Biomech 2007;40(8): 1839–46.  

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre. 

Darren Reed, Ian Cathers, Mark Halaki, Karen Ginn. Does supraspinatus initiate shoulder abduction? Journal of Electromyography and Kinesiology 23 (2013) 425–429

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s