Après chirurgie de la coiffe des rotateurs faut-il bouger rapidement ?


Pour moi c’était oui pour cette revue systématique aussi avec des nuances.

Revue systématique des méta-analyses qui se recoupent et qui comparent les protocoles de rééducation à mouvement précoce et à mouvement différé après une réparation de la coiffe des rotateurs afin de déterminer quelles méta-analyses fournissent les meilleures preuves disponibles.

Le protocole de mouvement passif précoce (PMP) consiste en des exercices passifs d’amplitude de mouvement (ROM) de l’épaule tels que la flexion avant pendulaire, la rotation externe, et des exercices manuels d’amplitude passive de l’épaule commençant dès le premier jour postopératoire.

Le protocole de mouvement différé consiste en consiste en une immobilisation en écharpe, à l’exception d’exercices de pendulaire pendant 4 à 6 semaines après l’opération.

Avantages ? Inconvénients ?

La rééducation précoce du mouvement augmente la ROM après une réparation de la coiffe des rotateurs,(1,2,3,4,5) mais le risque de re-déchirure serait significativement plus élevé que dans le cas de la rééducation de la coiffe des rotateurs.

L’immobilisation peut entraîner une raideur de l’épaule, ce qui peut entraîner des douleurs, des limitations fonctionnelles.

Où ?

Une revue systématique a été réalisée en interrogeant les bases de données PubMed et Cochrane Library.

Les termes de recherche comprenaient  » rotator cuff repair « ,  » early passive motion « ,  » immobilization « ,  » rehabilitation protocol  » et  » meta-analysis « .

Les résultats des patients et la guérison structurelle ont été extraits de ces méta-analyses.

La qualité des méta-analyses a été évaluée à l’aide des systèmes Oxman-Guyatt et QUOROM (Quality of Reporting of Meta-analyses).

L’algorithme de décision Jadad a ensuite été utilisé pour déterminer quelles méta-analyses fournissaient le meilleur niveau de preuve.

Données

Sept méta-analyses contenant un total de 5896 patients répondaient aux critères d’éligibilité (1 preuve de niveau I, 4 preuves de niveau II, 2 preuves de niveau III).

Aucune de ces méta-analyses n’a trouvé que l’immobilisation était supérieure au mouvement précoce.

La plupart des études ont suggéré que le mouvement précoce augmenterait l’amplitude de mouvement (ROM), réduisant ainsi le temps de récupération.

Trois de ces études ont suggéré que la taille de la déchirure contribuait au choix de la rééducation pour assurer une bonne guérison de l’épaule.

  • Une étude de Riboh et Garrigues en 2014 (4) a été sélectionnée comme l’étude de la plus haute qualité dans cette revue systématique selon l’algorithme de décision de Jadad. En comparant le PMP et l’immobilisation, ils n’ont pas constaté de différence taux de rechute après réparation de déchirures de la coiffe des rotateurs de petite (\1 cm) à moyenne (1-3 cm) après un suivi d’au moins un an, sur la base d’une suivi basé sur l’imagerie. Le PMP a permis une amélioration de la ROM à 3, 6 et 12 mois de suivi. 
  • Shen et al (5) ont trouvé des preuves qu’avec un mouvement précoce, la ROM peut augmenter la vitesse de récupération.
  • Chang et al (2) ont constaté qu’une ROM précoce améliorait la vitesse de récupération, mais une guérison incorrecte basée sur l’imagerie des déchirures de grande taille (3-5 cm) était plus importante.
  • Chen et al (3) ont constaté qu’une rééducation précoce du mouvement améliorait la ROM mais augmentait le risque de re-déchirure.
  • Chan et al (1) n’ont trouvé aucune différence significative entre les 2 protocoles de protocoles de rééducation en termes de résultats fonctionnels et de risques relatifs de déchirures récurrentes. Les chercheurs ont trouvé une petite différence dans l’élévation vers l’avant, mais ce n’était pas suffisant pour soutenir une conclusion. Cette méta analyse a reçu les scores les plus élevés de QUOROM et d’Oxman-Guyatt, et cette méta-analyse semblait donc avoir le niveau de preuve le plus élevé.
  • Kluczynski et al (6,7) ont déterminé que la taille de la déchirure pouvait déterminer le meilleur moment  pour effectuer une ROM passive mais cette conclusion manque de preuves significatives car aucune association statistiquement significative n’a été trouvée 

Conclusion

Le mouvement précoce améliore la ROM après une réparation de la coiffe des rotateurs, mais augmente le risque de rechute.

Les méta-analyses de moindre qualité indiquent que la taille de la déchirure pourrait constituer une meilleure stratégie pour déterminer le protocole de rééducation correct.

Références bibliographiques

Houck DA, Kraeutler MJ, Schuette HB, McCarty EC, Bravman JT. Early Versus Delayed Motion After Rotator Cuff Repair: A Systematic Review of Overlapping Meta-analyses. Am J Sports Med. 2017 Oct;45(12):2911-2915. doi: 10.1177/0363546517692543. Epub 2017 Mar 13. PMID: 28288280.

1.Chan K, MacDermid JC, Hoppe DJ, et al. Delayed versus early motion after arthroscopic rotator cuff repair: a meta-analysis. J Shoulder Elbow Surg. 2014;23(11):1631-1639.

2.Chang KV, Hung CY, Han DS, et al. Early versus delayed passive range of motion exercise for arthroscopic rotator cuff repair: a metaanalysis of randomized controlled trials. Am J Sports Med. 2015; 43(5):1265-1273

3.Chen L, Peng K, Zhang D, et al. Rehabilitation protocol after arthroscopic rotator cuff repair: early versus delayed motion. Int J Clin Exp Med. 2015;8(6):8329-8338.

4.Riboh JC, Garrigues GE. Early passive motion versus immobilization after arthroscopic rotator cuff repair. Arthroscopy. 2014;30(8):997-1005.

5.Shen C, Tang ZH, Hu JZ, et al. Does immobilization after arthroscopic rotator cuff repair increase tendon healing? A systematic review and meta-analysis. Arch Orthop Trauma Surg. 2014;134(9):1279-1285

6.Kluczynski MA, Isenburg MM, Marzo JM, Bisson LJ. Does early versus delayed active range of motion affect rotator cuff healing after surgical repair? A systematic review and meta-analysis. Am J Sports Med. 2016;44(3):785-791.

7.Kluczynski MA, Nayyar S, Marzo JM, Bisson LJ. Early versus delayed passive range of motion after rotator cuff repair: a systematic review and meta-analysis. Am J Sports Med. 2015;43(8):2057-2063.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s