Pendre les sciatiques : le traitement ultime ?


11547965d137a4d501fa4.37567164

Ca part d’une bonne idée : se servir du poids du corps pour décomprimer les disques intervertébraux. Après, une fois acheté le matériel, on se rend compte que si on le déplie dans le garage, la voiture couche dehors et que dans le salon, il faut aimer le mélange des genres.

Maintenant, si vous voulez vous envoyer en bas, il est en vente auprès du propriétaire de l’illustration ci-dessus.

Sans titre

Procédures

La traction verticale (TV) exerce une force de distraction en suspendant le patient alors qu’il est maintenu en position verticale ou assise à l’aide d’une ceinture autour de la poitrine ou en plaçant le patient en position inversée à partir des chevilles (la traction lombaire dite inversée). 

Variantes 

La TV peut se faire dans l’eau, en utilisant les mêmes modalités précédemment décrites avec l’addition d’un poids externe placé sur les chevilles du patient (même avec l’espoir d’une rémission définitive de la sciatique, l’emploi d’une table d’inversion est dans ce cas déconseillée). 

A noter qu’il est nécessaire de bien s’assurer de la fixation supérieure lorsque par commodité, un lest de béton est coulé sur les pieds du patient. La littérature mentionne plusieurs études de cas de noyades malencontreuses en baie de Palerme comme aux abords des docks de New York.

Intensité 

La force de traction peut varier de la moitié supérieure du poids corporel du patient plus la gravité à la totalité du poids corporel du patient plus la gravité et/ou le poids externe.

Les forces de traction en VT sont susceptibles d’être plus cohérentes et adaptées à chaque patient que la traction manuelle. 

En effet, elles sont linéairement proportionnelles au poids de la partie inférieure du corps du patient. En utilisant la deuxième loi de Newton, la force exercée sur les espaces discaux inférieurs pendant la suspension peut être calculée avec la formule F = m x g, où F est la force avec l’unité de Newton, m est le poids du corps inférieur en kilogrammes, et g est une constante pour la gravité de la terre, qui est égale à 9,8. 

La traction gravitationnelle produit un élargissement plus important de l’espace discal individuel que la traction lombaire statique en position couchée et peut entraîner une diminution de la pression intra-discale et de la douleur.

Validité 

Seules des preuves de faible qualité sont actuellement disponibles pour étayer l’efficacité des différentes modalités de traction dans le traitement de la radiculopathie lombaire, pourtant très couramment utilisée dans la pratique clinique. Certains auteurs ont suggéré que le sous-groupe de patients présentant des signes et symptômes de compression des racines nerveuses et ne répondant pas aux mouvements centralisant les symptômes pourrait bénéficier de la traction lombaire. 

Trois études répondaient aux critères d’inclusion de cette revue systématique [Vanti 2021]. Une méta-analyse n’a pas été possible en raison de l’hétérogénéité des études incluses. 

Il y a des preuves de très faible qualité qu’un effet important de la TV ajoutée au repos au lit soit efficace par rapport au repos alité isolé (g = – 1,01 ; IC 95 % = -2,00 à – 0,02). 

De même, l’association de la TV à la médication peut avoir un effet important sur le soulagement de la douleur par rapport à la médication seule (g = – 1,13 ; IC à 95% = -1,72 à – 0,54, preuves de faible qualité). 

Les effets de la TV ajoutée à la thérapie physique sur le soulagement de la douleur étaient très faibles par rapport à la thérapie physique sans TV (g = – 0,14 ; IC 95 % = -1,03 à 0,76, preuves de faible qualité). 

Tous les effets rapportés concernaient des effets à court terme jusqu’à 3 mois post-intervention.

En ce qui concerne les effets à court terme, la TV peut avoir un effet positif sur le soulagement de la douleur si elle est ajoutée aux médicaments ou au repos au lit. On ne sait pas si elle peut avoir des effets à long terme.


Références bibliographiques 

italieusaCarla Vanti, Luca Turone, Alice Panizzolo, Andrew A Guccione, Lucia Bertozzi, Paolo Pillastrini. Vertical traction for lumbar radiculopathy: a systematic review. Arch Physiother. 2021 Mar 15;11(1):7. doi: 10.1186/s40945-021-00102-5.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s