Dans la série « la littérature peut dire tout et son contraire »…


collage photo de femme

Après, on va dire que de toute façon, proposer des exercices actifs à des lombalgiques aigus c’est pas forcément la bonne solution, mais quand même, avec toutes ces campagnes d’information poussant les patients lombalgiques à se bouger le popotin…

Et si la réussite d’un traitement n’était liée qu’à la rencontre singulière et unique d’un patient avec un praticien tentant de résoudre son problème, et non d’un client poussant la porte d’un gymnase pour se voir proposer un panel EBP d’exercices par un coach ?

Cet article du JOSPT a cherché à évaluer si un programme d’exercices et d’éducation était plus efficace qu’un simple livret de conseils pour prévenir la récurrence de la lombalgie.

Conception 

Essai contrôlé randomisé. 

Méthodes 

Les participants âgés de 18 ans ou plus qui s’étaient remis d’un épisode de lombalgie au cours de la semaine précédente ont été recrutés dans des cabinets libéraux et dans la communauté. 

Les participants ont été répartis au hasard pour recevoir soit 12 semaines d’exercices et d’éducation (8 séances d’exercices supervisés et 3 séances individuelles), soit un contrôle (brochure d’information). 

Le principal résultat était le temps nécessaire à la réapparition de la lombalgie au cours du suivi d’un an. 

Le délai de récurrence de la lombalgie entraînant une limitation de l’activité, le recours aux soins et l’absence du travail étaient des résultats secondaires. 

Les données ont été analysées par régression de Cox en utilisant les principes de l’intention de traiter. 

Résultats 

Il était prévu d’inclure 160 participants mais seuls 111 l’ont été in fine (exercice et éducation, n = 57 ; livret éducatif, n = 54). 

À la fin de la période d’étude, l’exhaustivité des données était de 84,2 %. Trente-six (63%) des participants du groupe d’exercices et d’éducation et 31 (57%) des participants du groupe de contrôle ont souffert d’une récidive de lombalgie. 

Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les groupes en ce qui concerne le délai de récurrence de la douleur (rapport de risque = 1,09 ; intervalle de confiance à 95% : 0,7, 1,8). 

Il n’y a pas eu d’effet statistiquement significatif pour aucun des résultats secondaires. 

Conclusion 

Chez les personnes ayant récemment récupéré d’une lombalgie, l’exercice et l’éducation peuvent ne pas réduire de manière significative le risque de récidive par rapport à la fourniture d’un livret éducatif.

Merci à JLN d’avoir porté le pet sur FB à propos de cet article 😀 


Références bibliographiques 

Giovanni E Ferreira, Chung-Wei Christine Lin, Matthew L Stevens, Mark J Hancock, Jane Latimer, Patrick Kelly, Trish Wisbey-Roth, Chris G Maher. Exercise Is Medicine, But Perhaps Not for Preventing Low Back Pain: A Randomized Trial of Exercise and Education to Prevent Low Back Pain Recurrence. J Orthop Sports Phys Ther 2021;51(4):188-195. doi:10.2519/ jospt.2021.10187 

Article en accès libre cliquant sur le lien du titre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s