Effet clinique d’une mobilisation passive de type Maitland sur la prise en charge d’une gonarthrose


lumineux ville route circulation

Bon. Je la pose là parce que ça fera plaisir aux maitlandistes hongrois, mais ce n’est qu’une étude pilote, non randomisée, sans troisième groupe pour évaluer si la fréquentation quotidienne de C’est dans l’air ou BFM.tv amène le même résultat. Et puis cela reste somme toute un coeur de cible relativement limité, le maitlandiste hongrois. Quasi une niche.

Contexte/objectif : 

Différentes techniques de thérapie manuelle et un traitement conservateur ont été utilisés séparément pour soulager la douleur et améliorer la fonction physique des patients souffrant d’arthrose du genou. L’objectif était de tester la faisabilité de la conception de l’étude et de comparer l’effet de la mobilisation de type Maitland au traitement conservateur.

Patients et méthodes : 

Quinze patients (groupe thérapie conservatrice : CG) ont reçu une thérapie conservatrice seule, quinze patients (groupe Maitland plus thérapie conservatrice : M+CG) ont reçu en plus une mobilisation Maitland en fin d’amplitude pendant la période d’étude de 3 semaines. 

Les résultats étaient l’intensité de la douleur, mesurée par l’échelle visuelle analogique (EVA) en général et pendant les activités fonctionnelles, l’amplitude passive des mouvements et la force musculaire maximale pendant la flexion et l’extension du genou, le test Timed Up and Go et le test de marche de 6 minutes (6MWT).

Ils font comment le Maitland en Hongrie ?

Une mobilisation oscillatoire de grade III ou IV en fin d’amplitude. 

Les différents grades sont appliqués en fonction du niveau de tolérance et de la douleur de chaque patient. 

Le patient est en décubitus. La flexion tibio-fémorale est mobilisée avec une technique accessoire, qui reproduit la douleur du genou et/ou travaille le secteur enraidi.

L’extension tibio-fémorale est mobilisée en extension physiologique, car l’exécution de la technique accessoire dans l’extrémité d’extension est difficile et demande de la force (le lecteur maitlandiste éclairera ma lanterne sur la technique. Je suppose qu’ils sont gênés par le sens de glissement de l’articulation et ne se sont pas encore rendus compte que le cerveau du patient se contrefout de ce dernier ? Non ? La réponse en magyar n’est pas souhaitée). 

La patella n’est pas oubliée, avec une technique accessoire, crânio-caudale, en suivant le mouvement physiologique de la rotule, respectivement. 

Les deux genoux ont été mobilisés à chaque séance. Toutes les mobilisations ont été répétées deux fois à raison d’une oscillation par seconde pendant 2 min dans chaque séance, deux fois par semaine, 6 fois au total pendant la période de traitement de 3 semaines. 

Une pause de 20 secondes entre chaque mobilisation est aménagée pour le praticien (pas assez pour s’en fumer une à la porte mais suffisamment pour prendre une bouffée de cigarette électronique ou une gorgée de café). 

Tous les patients ont survécu aux 3 semaines de techniques, sans effets secondaires relatés. 

Résultats : 

Tous les indicateurs se sont améliorés de manière significative dans les deux groupes. L’ampleur des changements était significativement plus importante dans le groupe M+CG que dans le groupe CG en ce qui concerne tous les scores de douleur, les amplitudes en flexion des deux genoux, la force musculaire maximale de l’ischio-jambier droit 😀 et le 6MWT (pour l’ ischio-jambier gauche des études complémentaires sont nécessaires avant de se prononcer).

Conclusion des auteurs : 

Avec quelques modifications, ce plan d’étude semble réalisable pour la comparaison de la mobilisation Maitland en fin d’amplitude avec le traitement conservateur dans l’arthrose. De plus, la mobilisation Maitland en fin d’amplitude en plus du traitement conservateur semble plus efficace pour soulager la douleur et améliorer l’état fonctionnel que le traitement conservateur seul.


Références bibliographiques 

hongrieMiklós Pozsgai, Erzsébet Kövesdi, Balázs Németh, István Kiss, Nelli Farkas, Tamás Atlasz, Márk Váczi, Nóra Nusser. Clinical Effect of End-range Maitland Mobilization in the Management of Knee Osteoarthritis – A Pilot Study. In Vivo. May-Jun 2021;35(3):1661-1668. doi: 10.21873/invivo.12425.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 


Encore des articles sur le genou ce mois-ci

Evaluation of a Novel e-Learning Program for Physiotherapists to Manage Knee Osteoarthritis via Telehealth: Qualitative Study Nested in the PEAK (Physiotherapy Exercise and Physical Activity for Knee Osteoarthritis) Randomized Controlled Trial

Single-leg hop distance normalized to body height is associated with the return to sports after anterior cruciate ligament reconstruction

Comparison of physical therapy and arthroscopic partial meniscectomy treatments in degenerative meniscus tears and the effect of combined hyaluronic acid injection with these treatments: A randomized clinical trial

Efficacy of high intensity laser therapy in knee osteoarthritis: a double-blind controlled randomized study

Manipulation under anaesthesia versus lysis of adhesions for arthrofibrosis of the knee: a 6-month randomized, multicentre, non-inferiority comparative effectiveness protocol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s