Le muscle ilio-capsulaire 


 

L’ilio-capsulaire est un petit muscle qui recouvre la capsule de l’articulation de la hanche. Il est quasiment constamment retrouvé. Il naît de la facette inférieure de l’épine iliaque antéro-inférieure et s’attache en bas du petit trochanter. Adhérent à la capsule antéro-médiale sur toute sa longueur, le muscle a la plus grande contribution capsulaire de tous les muscles de la hanche. 

A quoi peut-il bien servir ?

Il sert de repère dans les approches chirurgicales antérieures de l’articulation de la hanche, mais on peut supposer qu’il n’a pas été posé là pour ça (la différence entre Dieu et un chirurgien, c’est que Dieu ne se prend pas pour un chirurgien).

La littérature suggère qu’il a pour fonction de tracter la capsule, stabilisant ainsi la partie antérieure de l’articulation de la hanche. Comme il s’agit du muscle disposant de la plus grande insertion sur la capsule, il a été émis l’hypothèse qu’il forme, avec le petit fessier, la portion réfléchie du droit fémoral et les branches horizontales et verticales du ligament ilio-fémoral, un « arc de stabilité » qui empêche la subluxation ou la dislocation antérieure de la tête fémorale.

Il est supposé aussi qu’il puisse empêcher le pincement de la capsule entre la tête fémorale et l’acétabulum lors de la flexion de la hanche. Cette théorie est soutenue par une étude électromyographique (Lawrenson et al) : son activation musculaire était maximale pendant la flexion de la hanche à 90 degrés et minimale en extension.

Il a été observé que l’ilio-capsulaire était hypertrophié chez les patients atteints de dysplasie de la hanche, alors qu’il était atrophié chez ceux qui présentaient une couverture acétabulaire excessive. Il pallierait ainsi à l’insuffisance de couverture ; il a été suggéré que sa taille peut être utile pour identifier les cas limites de dysplasie de la hanche. 

Il est observable en IRM et échographie, mais pour beaucoup, il ne peut pas être distinguer du muscle iliaque. 

Un faisceau accessoire du muscle iliaque

Quand on se plonge dans les grimoires anatomiques (Testut), il est mentionné un muscle ilio-capsulo-trochantérien, ou muscle petit iliaque. Mais ça ne va pas beaucoup plus loin. Physiopedia est plus disert et reprend les conclusions de cet article. 

Utilité pour le kiné ?

Encore un muscle profond qui a pour fonction d’empêcher que la capsule ne se coince lors d’un mouvement non préparé (?), comme au coude, à la cheville, au cou, à la région lombaire, …une explication des « impingements » de hanche et autres conflits antérieurs qui peut expliquer pourquoi quand vous chauffez, massez, triturez, excitez la région avec des courants divers et variés, vous pouvez avoir un patient qui à la séance suivante déclare ne plus avoir cette sensation de coincement antérieur. Parfois.

Bien sûr, un protocole a déjà été inventé sur le sujet…(attention de ne bien faire fléchir que 5 fois la jambe, parce que s’il le fait 10 fois, le patient meurt). 

Et nos amis adeptes de tricot, aiguilles et coutures arrivent sans problème à palper ce muscle et à le transpercer. C’est vrai que c’est un peu idiot d’avoir inventé l’IRM alors qu’avec une bonne palpation…  


Références bibliographiques 

Kerri Keet, Isaac Cheruiyot, Rudolph Venter, Brandon Michael Henry, Krzysztof A Tomaszewski, Przemysław A Pękala.A systematic review and meta-analysis of iliocapsularis muscle: an important landmark in orthopedic surgery. Surg Radiol Anat. 2021 Aug 12. doi: 10.1007/s00276-021-02815-5. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s