Vaut mieux une bonne séance que trois plus courtes


Il y a encore des hôpitaux où les patients ont des séances pluri-quotidiennes. Mais quel intérêt ?

Apparemment, trois courtes séances quotidiennes de physiothérapie pour la réadaptation des patients hospitalisés après une fracture de la hanche ne sont pas plus efficaces qu’une longue séance quotidienne pour améliorer la mobilité.

Bien sûr, çà, c’est dans les pays où il y a encore des kinésithérapeutes pour délivrer de longues séances quotidiennes aux patients hospitalisés.

Et ça c’est dans les pays où il y a encore des kinésithérapeutes dans les hôpitaux.

Conception : 

Un essai contrôlé randomisé en simple aveugle.

Cadre de l’étude : 

Deux services de réadaptation pour patients hospitalisés dans un hôpital de Melbourne, en Australie.

Participants : 

Soixante-seize patients hospitalisés en rééducation après une fracture de la hanche.

Interventions : 

Tous les participants ont bénéficié d’une rééducation multidisciplinaire. Les participants du groupe expérimental ont reçu trois séances de 15 minutes de physiothérapie 5 jours par semaine jusqu’à leur sortie, au chevet du patient. Les participants du groupe témoin ont reçu une seule séance de physiothérapie de 45 minutes 5 jours par semaine jusqu’à leur sortie, en salle de rééducation.

Dans les deux groupes, la rééducation était délivrée en acte individuel.

Mais ils font quoi pendant 45 minutes ?

Il s’agit de l’Otago Exercise Program décrit dans Physiopedia  

Principales mesures des résultats : 

Le principal indicateur, la mobilité, a été évalué à l’aide d’un score 2 semaines après l’admission et à la sortie. 

Les indicateurs secondaires étaient la partie de la mesure de l’indépendance fonctionnelle  consacrée à la mobilité (transferts, déambulation, pas), l’activité physique mesurée à l’aide d’un accéléromètre, la durée du séjour, la destination de la sortie, les réadmissions dans les 30 jours suivant la sortie et la satisfaction du patient et du physiothérapeute.

Résultats : 

Soixante-sept (88%) participants ont complété l’évaluation de la mobilité à la sortie et 34 (45%) à 2 semaines. 

Il y a eu une plus grande proportion de séances manquées dans le groupe expérimental (84% d’adhésion contre 95%). Il n’y avait pas de différence entre les groupes en ce qui concerne la mobilité à la sortie de l’hôpital (différence moyenne -1,9 points, IC95% de -6,9 à 3,2) ou à 2 semaines (DM -3,5 points, IC95% de -15,4 à 8,4). Il n’y a pas eu de différence entre les groupes pour les résultats secondaires.

Conclusions : 

La réadaptation des patients hospitalisés en trois séances plus courtes a entraîné un plus grand nombre de séances manquées et n’a probablement pas amélioré les résultats de mobilité par rapport à une séance plus longue pour les patients se remettant d’une fracture de la hanche.


Références bibliographiques 

Catherine Senserrick, Katherine Lawler, Grant D Scroggie, Kim Williams, Nicholas F Taylor.Three short sessions of physiotherapy during rehabilitation after hip fracture were no more effective in improving mobility than a single longer session: a randomised controlled trial. Physiotherapy. 2021 Sep;112:87-95. doi: 10.1016/j.physio.2020.12.002. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s