Comment bouge le nerf sciatique lorsqu’on se penche en avant ? Une évaluation échographique


Après avoir évalué la fiabilité de l’échographie pour mesurer l’excursion et la tension du nerf sciatique pendant les mouvements de flexion antérieure, les auteurs de cette étude se sont attachés à quantifier ces changements subis par le nerf en fonction des mouvements de la hanche et de la colonne lombaire. 

Ce que l’on en sait 

La flexion de la hanche entraîne une excursion proximale du nerf sciatique, tandis que la flexion lombaire entraîne une excursion proximale des nerfs sciatique et tibial. 

Des restrictions dans l’excursion des racines nerveuses lombo-sacrées et du nerf tibial ont été retrouvées chez des personnes ayant subi une chirurgie lombaire. 

Il est possible que toute limitation de la mobilité neurale s’accompagne d’une augmentation relative de la tension nerveuse, ce qui peut induire une mécano-sensibilité neuronale accrue, une douleur et des déficits.

Comment ont-ils procédé ?

31 sujets jeunes & sains ont été invités à se pencher en avant le plus loin possible de deux façons :

  1. Les bras croisés
  2. Les membres supérieurs pendants. 

Deux sondes échographiques étaient strappées à l’arrière de la partie médiane de la cuisse gauche, à proximité l’une de l’autre.

La tension du sciatique a été déterminée en calculant la différence d’excursion entre les deux sondes divisée par la distance entre les deux sondes. 

Les mouvements de la hanche et des lombaires ont été quantifiés par capteurs inertiels (Fastrak Polhemus) placés en regard de L1, S1 et du condyle fémoral.  

Résultats 

Seuls 26 sujets sur les 31 avaient des données exploitables lors de la flexion bras croisés. Seuls 10 des 26 restants avaient des sciatiques restant visibles lors de l’entièreté du mouvement de flexion bras pendants…

La fiabilité de la mesure de l’excursion du nerf sciatique était élevée à excellente, tandis que la mesure de la tension du nerf sciatique était modérée. 

Il n’y a pas de différences significatives d’excursion ni de tension entre les flexions bras croisés et pendants.

Les glissements sont de l’ordre de 15 ± 5 mm dans les deux mouvements, avec une étendue de l’ordre de 6 à 25 mm.

Plus la flexion de hanche était importante, plus l’excursion du nerf sciatique l’était.

Commentaire 

De mémoire, l’amplitude de glissement ne semble pas fondamentalement différente à ce qui est connu lors de la flexion jambe tendue en décubitus. Pourtant, dans ce cas les attaches podales sont libres alors que debout, on peut supposer que le sciatique a un point fixe podal et se fait étirer par la flexion de hanche ?


Références bibliographiques 

Richard Ellis, Nathan Richards, Logan Archer, Chris Whittington, Grant Mawston. Assessing Sciatic Nerve Excursion and Strain with Ultrasound Imaging during Forward Bending. Ultrasound Med Biol. 2021 Sep;47(9):2560-2569. doi: 10.1016/j.ultrasmedbio.2021.05.018. 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s