Proposition de rééducation informatisée de la scapulalgie chronique


 

Si je vous dis que cette KINote est sans aucun rapport avec la KINote d’hier, vous n’allez pas me croire :D. Elle analyse la faisabilité d’une prise en charge à distance des scapulalgiques par des kinésithérapeutes.

Ce n’est pas une étude contrôlée randomisée, donc elle ne peut pas dire que c’est mieux qu’un autre traitement ou qu’une absence de traitement. Simplement, elle illustre ce que pourra être la kinésithérapie lorsqu’elle aura fait sa révolution culturelle. 

De toute manière, nos pious-pious physios ont été baignés par l’interface informatique depuis leur enfance et leurs enseignants les ont persuadés qu’il faut « autonomiser le patient » plutôt que le toucher. Quant aux plus vieux, ils passeront bientôt leur retraite assis en groupe à faire de la gymnastique troisième âge dans leur village : « Allez on fait dix cercles en levant les mains bien haut et après, on tourne dans l’autre sens ».  

Ça va le faire.

Contexte 

La réussite de la prise en charge de la scapulalgie dépend de l’adhésion et de l’observance d’interventions efficaces fondées sur des données probantes. Les solutions numériques peuvent améliorer l’accessibilité à ces traitements, en augmentant la commodité, tout en réduisant les coûts liés aux soins de santé.

Objectif : 

Présenter les résultats d’un programme de soins numériques entièrement à distance pour la prise en charge de la scapulalgie chronique.

Patients et méthodes : 

Étude de cohorte interventionnelle, à un seul bras, de personnes souffrant de scapulalgie chronique ayant souhaité une prise en charge à l’aide d’un programme de soins à distance. 

Indicateurs 

Le résultat primaire était le changement moyen entre le début de la prise en charge et 12 semaines sur le questionnaire QuickDASH (Quick Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand). 

Les résultats secondaires étaient le changement de la douleur (NPRS), la consommation d’analgésiques, l’intention de se faire opérer, l’anxiété (GAD-7), la dépression (PHQ-9), les croyances de peur / évitement (FABQ-PA), la productivité au travail (WPAI) et l’engagement.

Procédure 

Le programme consistait en des exercices thérapeutiques et une information comprenant des sujets liés à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). 

Lors de l’inscription, tous les individus ont été assignés à un kinésithérapeute qui a développé un programme adapté aux besoins de chaque patient. 

Les patients ont effectué des séances d’exercices de manière autonome à l’aide d’un dispositif médical de classe II composé d’une tablette avec une application pré-installée (avec des vidéos d’instruction) et des capteurs de suivi de mouvement portables. 

Les capteurs de mouvement étaient placés à l’aide de sangles sur la poitrine, le bras et le poignet pour numériser les mouvements et fournir un biofeedback en temps réel pendant l’exercice. 

Les kinésithérapeutes surveillaient à distance les performances des participants et effectuaient des ajustements si nécessaire, par le biais d’un portail Web. 

La communication bidirectionnelle se faisait par le biais d’un chat sécurisé dans une application smartphone dédiée (SWORD health app) ou par téléphone. 

Au moins un point de contact par semaine et un appel vidéo toutes les 4 semaines étaient assurés.

Posologie 

Il a été demandé aux participants d’effectuer au moins 3 séances d’exercices par semaine, la durée prévue du programme étant de 12 semaines, bien qu’une sortie anticipée soit possible en fonction de l’évaluation de la physiologie. 

Les participants qui, à un moment donné, n’ont pas participé à une séance d’exercice pendant 28 jours consécutifs ont été considérés comme des abandons. 

Les participants qui n’ont pas terminé le programme sont ceux qui ont été exclus ou qui ont abandonné après avoir commencé le programme.

La composante éducative a été fournie par l’application, y compris des articles éducatifs (couvrant un large éventail de sujets liés à la scapulalgie chronique) et des modules interactifs basés sur la TCC. 

Les deux composantes ont été développées en fonction des directives cliniques et des recherches actuelles. 

Le programme TCC a été créé par une équipe multidisciplinaire comprenant des psychiatres et des psychologues, sur la base de techniques TCC de troisième génération – pleine conscience, thérapie d’acceptation et d’engagement et thérapie centrée sur l’empathie. 

Le programme TCC a été spécifiquement conçu pour traiter la peur / évitement, la re-conceptualisation de la douleur, les capacités d’adaptation active, ainsi que l’anxiété et la dépression associées à la douleur musculo-squelettique. Le programme consistait en des modules interactifs auto-guidés délivrés par l’application pour smartphone.

Résultats : 

Sur 296 patients au début du programme, 234 (79,1%) ont terminé l’intervention. 

Les changements dans le QuickDASH entre le début et la fin du programme étaient à la fois statistiquement (p < 0,001) et cliniquement significatifs, avec une réduction moyenne de 51,6% (moyenne -13,45 points, IC 95% : 11,99, 14,92). 

Des réductions marquées ont également été observées dans tous les résultats secondaires : 54,8% pour le NPRS, 44,1% pour l’arrêt de la consommation d’analgésiques, 55,5% pour l’intention d’opérer, 37,7% pour le FABQ-PA, 50,3% pour l’anxiété, 63,6% pour la dépression et 66,5% pour le WPAI dans son ensemble. 

Un engagement plus élevé était associé à des améliorations plus importantes du handicap. 

Le score moyen de satisfaction des patients était de 8,7/10,0 (SD 1,6).

Conclusion : 

Il s’agit de la première étude de cohorte en conditions réelles rapportant les résultats d’une approche numérique multimodale à distance pour la réhabilitation des scapulalgies chroniques. 

Des taux élevés d’achèvement et d’engagement ont été observés, qui ont été associés à une amélioration cliniquement significative de tous les résultats liés à la santé, ainsi qu’à une récupération marquée de la productivité. 

Ces résultats prometteurs confirment le potentiel des modalités numériques pour lutter contre le fardeau mondial des douleurs musculo-squelettiques 


Références bibliographiques 

Dora Janela , Fabíola Costa, Maria Molinos, Robert G Moulder, Jorge Lains, Gerard E Francisco, Virgílio Bento, Steven P Cohen, Fernando Dias Correia. Asynchronous and Tailored Digital Rehabilitation of Chronic Shoulder Pain: A Prospective Longitudinal Cohort Study. J Pain Res. 2022 Jan 8,15:53-66. doi: 10.2147/JPR.S343308. 

Photo de Tim Samuel sur Pexels.com

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s