Manipulation et exercice : intérêt dans les céphalées de tension ?


La céphalée de tension est la céphalée primaire la plus courante, caractérisée par une douleur qui dure des heures ou des jours, qui est généralement bilatérale, de type pression et crispation, et d’une sévérité légère à modérée.

Les auteurs indiquent que les douleurs cervicales sont nettement plus fréquentes chez les personnes atteintes de céphalées de tension que dans la population générale (88,4 %, et 56,7 %, respectivement) [Ashina et al].

Cette étude contrôlée randomisée cherchait à comparer la différence d’efficacité dans les céphalées de tension entre exercice seul ou l’exercice associé à une manipulation ou l’exercice associé à une technique myofaciale.

Reconnaitre

Une céphalée de tension est avant tout définie lors de l’interrogatoire. Il est alors par la suite nécessaire d’éliminer lors de l’examen clinique général ainsi que neurologique une cause grave pouvant être à l’origine des maux de tête.

Méthodes 

45 patients souffrant de céphalées de tension, 3 groupes :

  • manipulation plus exercice (manipulation)
  • inhibition sous-occipitale plus exercice (libération myofasciale)
  • exercice seul (contrôle)

8 séances réalisées

Mesures

La fréquence des maux de tête, l’intensité de la douleur (VAS-maux de tête, VAS-douleur au cou) et l’incapacité des maux de tête et du cou (HIT-6 et NDI, respectivement) ont été mesurées au départ, après le traitement et au troisième mois de suivi.

Le seuil de douleur à la pression (PPT) a également été évalué sur le muscle temporal.

Comment il manipule

Le patient est placé en position assise, l’éminence hypothénar d’une main est placée sur l’apophyse mastoïde, le majeur de la main manipulatrice est parallèle au « pilier » articulaire supérieur du segment dysfonctionnel décrit par le patient.

La colonne cervicale est amener en légère flexion et à environ 15-20° d’inclinaison sans aucun mouvement de rotation. Le majeur de la main manipulatrice réalise une poussée HVLA a été appliquée vers la rotation en appliquant une « force profonde » de la direction dorsale à la direction ventrale.
Avant la poussée HVLA, le praticien réalise une mobilisation de « probation diagnostique » pour exclure les contre-indications (telles que la douleur ou le stress) ou des contre-indications à l’HVLA (telles que la douleur ou les vertiges pendant le test). Je doute de la validité de ce test diagnostique.

Pour rappel, en France, pour les manipulations : pour les ostéopathes il faut un certificat de non contre indications réalisés par un médecin le texte ici, si quelqu’un en a déjà vu !!!

Pour les kinésithérapeutes je ne le savais pas, pas besoin d’autorisation selon le conseil de l’ordre c’est ici.

Pour la manipulation, je pense que cela doit ressembler à cela.

Comment il inhibe

Comme technique d’inhibition combinée des muscles et des tissus mous, le patient est en position couchée, le praticien assis à l’extrémité supérieure de la table. Il place les doigts des deux mains sur le muscle sous-occipital du patient. La position est maintenue 10 minutes. C’est la technique imparable pour ne pas avoir deux patients à gérer en même temps comme quoi cela est possible c’est vrai que 10 minutes à la tête du patient, il va falloir trouver des sujets de conversation.

Et enfin les exercices

Les exercices étaient réalisés au moins 3 fois par semaine.

Le programme d’exercices, d’une durée de 20 à 30 minutes, comprenait des exercices d’amplitude de mouvement cervical (ROM) pour s’échauffer et pour le retour au calme, puis des exercices d’étirement des muscles de la colonne cervicale et thoracique supérieure (trapèze, élévateur de l’omoplate, sternocléidomastoïde) et des exercices de renforcement (contraction isométrique cervicale et contraction concentrique des muscles fléchisseurs cervicaux profonds).

Chaque exercice, composé de trois séries de cinq à dix répétitions, a été effectué avec une période de repos de 30 à 60 s entre les séries.

Résultats

Le groupe manipulation était statistiquement meilleur que le groupe libération myofasciale en termes de fréquence des maux de tête, de gravité des maux de tête et de scores PPT.

De plus, le groupe manipulation a montré des améliorations statistiquement significatives dans tous les critères de résultats par rapport au groupe contrôle.

Conclusion

La manipulation associée à l’exercice semble une bonne option dans le traitement des céphalées de tension selon cette étude.

Il aurait sans doute été intéressant d’évaluer les bénéfices avec une manipulation des thoraciques hautes. Celles-ci paraissant moins risquées dans une balance bénéfices risques par rapport à des manipulations cervicales.

Références bibliographiques

Corum M, Aydin T, Medin Ceylan C, Kesiktas FN. The comparative effects of spinal manipulation, myofascial release and exercise in tension-type headache patients with neck pain: A randomized controlled trial. Complement Ther Clin Pract. 2021 May;43:101319. doi: 10.1016/j.ctcp.2021.101319. Epub 2021 Jan 24. PMID: 33517104.

S. Ashina, L. Bendtsen, A.C. Lyngberg, R.B. Lipton, N. Hajiyeva, et al., Prevalence of neck pain in migraine and tension-type headache: a population study, Cephalalgia 35 (2015) 211–219, https://doi.org/10.1177/0333102414535110.

Avis du Conseil National sur les manipulations articulaires

Photo de Liza Summer sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s