Bio-psycho-social : Que faire du cadavre dans le placard ?

2008-01-05_16-52-54(1977)

  • Il vient chez le kiné parce qu’il est en arrêt de travail et que la poursuite des séances lui justifie de ne pas reprendre ce travail abêtissant qu’il fait depuis 30 ans, en tournant toujours la même manivelle.
  • Elle a une lombalgie depuis qu’elle a dû accoucher d’un enfant mort-né.
  • Sa lombalgie s’accompagne de maux de ventre chroniques limitant toute activité physique. L’abord prudent de la neuro-physiologie de la douleur la fait réagir «c’est quand même pas dans ma tête !». A force de métaphores ne la mettant pas en cause, elle lâche en fin de séance «il faudrait remonter à l’enfance…»
  • Aucune amélioration en 10 séances. La dernière a révélé que la patiente fait un lien entre sa lombalgie et le cancer de son mari…
  • Il est petit, a du mal à diriger l’usine à cause de ses subordonnés dotés de beaucoup plus de diplômes que lui. Son psoas le fait souffrir ; il a trouvé instinctivement le moyen de l’étirer. Les séances, de semaines en semaines, ne l’améliorent que quelques heures. Le psoas devient non douloureux, le ventre bien souple le jour ou il a signé sa démission.
  •  ….,

Tous les vieux kinés ont des histoires de chasse comme celles-ci à raconter. Mais pour les jeunes diplômés, comme le dit le titre de l’article, « It is very complicated« .

La lombalgie non spécifique est un état clinique complexe qui a remis en question le modèle biomédical. Le modèle biopsychosocial (BPS) est reconnu comme une option permettant d’améliorer l’orientation et la gestion des patients. 

Cependant, la formation en physiothérapie est basée sur la perspective biomédicale, pour laquelle, en pratique clinique, l’applicabilité du modèle BPS constitue un défi pour de nombreux professionnels. 

Dans cet article, les auteurs explorent les sentiments, les croyances et les attitudes des physiothérapeutes nouvellement formés quant à l’utilisation du modèle BPS pour traiter les personnes souffrant de douleurs lombaires non spécifiques.

Ils essayent également de comprendre dans quelle mesure ces physiothérapeutes sont disposés et disposés à utiliser ce modèle. 

Méthode 

Après sélection, 10 physiothérapeutes brésiliens ont suivi des entretiens semi-structurés.

Résultat

« Un physiothérapeute praticien peut prendre en compte les aspects BPS, mais il n’est pas nécessairement dans son rôle de les aborder » explique une croyance partagée sur l’utilisation du modèle BPS. 

Pas gagné…

Commentaires

Cette étude est à rapprocher du guide clinique néerlandais sur les lombalgies qui schématise en considérant qu’il n’existe que trois types de lombalgiques :

  1. Celui qui «guérit» «tout seul»  en trois séances de thérapie manuelle, 
  2. Celui qui a besoin d’un mois pour y arriver parce qu’il lui faut des explications et une rééducation active (n’importe laquelle)
  3. Celui qui, en 6 semaines, même avec des explications, une prise en charge active, X séances, n’est jamais amélioré à cause du cadavre dans le placard.

On y est.

La question est : devons nous aller plus loin que le raisonnement logique biomédical ? simplement identifier les patients « à problèmes » pour les ré-adresser aux psychologues ? ou prendre « à bras le corps » ces problèmes par une écoute attentive et empathique ?

Quand on relit « Le Livre du Ça« , on s’aperçoit que tout ceci n’est pas nouveau…

Ce qui est nouveau et comique, c’est que la quête frénétique de l’evidence-based-practice aboutit à reprendre les concepts d’un disciple de Sigmund Freud :))

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire me permettant d’enrichir ma note. 


Références bibliographiques 

X24687812França AA, Santos VD, Filho RL, Pires KF, Lagoa KF, Martins WR.‘It’s very complicated’: Perspectives and beliefs of newly graduated physiotherapists about the biopsychosocial model for treating people experiencing non-specific low back pain in Brazil. Musculoskelet Sci Pract. 2019 Apr 25;42:84-89. doi: 10.1016/j.msksp.2019.04.011. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

Sans titreKNGF Clinical Practice Guideline for Physical Therapy in patients with low back pain. Royal Dutch Society for Physical Therapy. ISSN 1567-6137. July 2013

product_9782070293896_195x320Groddeck G. Le livre du Ça. Gallimard. 1923

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s