Le traitement de la cervicalgie par l’inhibition sous-occipitale


Sans titre agarde

Encore une étude à deux bras qui conclut à l’efficacité d’un traitement par rapport à un auto-traitement sans avoir de groupe contrôle qui pourrait peut être avancer que de ne rien faire c’est aussi bien. Et c’est paru dans Spine ? Mais où va-t’on ma bonne dame si Spine arrondit ses fins de mois avec de la publi-information ?

Auto-posture instrumentale

La technique 

Parmi les contes et légendes ostéopathiques, le traitement des migraines d’Andrew Still a été rapporté par tous ses disciples : une corde tendue entre deux arbres et le Dédé miraculeusement guéri après s’être couché sur le dos, la région sous-occipitale posée sur la corde. Il ne pensait pas à l’époque faire l’objet d’un article dans Spine. Eh ben c’est fait, cosigné par l’Escuela de Osteopatía de Madrid. Grâces leur en soient rendues.

Bon, je n’ai lu que le résumé, mais c’est comme pour les Évangiles, il suffit de croire à la bonne parole. D’ailleurs, le premier qui me trouve l’article de Gait & Posture où il est prouvé que Jésus a bien marché sur l’eau et non sur les pierres, je l’abonne à vie à KINotes. 

Pour les autres, il faudra qu’ils le fassent eux-mêmes, et c’est là.

Conception de l’étude : 

Un essai clinique contrôlé, randomisé et en simple aveugle (l’évaluateur des résultats ne connaissait pas le groupe de répartition des participants).

Objectif : 

Étudier les effets de la thérapie de libération myo-fasciale (TRM) sur les muscles sous-occipitaux, par rapport à l’auto-thérapie en utilisant un nouvel appareil, le INYBI, sur les résultats liés à la douleur, la mobilité cervicale active et l’ouverture verticale de la bouche, chez les adultes souffrant de douleurs cervicales chroniques non spécifiques.

Résumé des données de base : 

La TRM est utilisée pour gérer les douleurs musculo-squelettiques chroniques, avec des effets positifs supposés. L’efficacité de l’auto-thérapie, comparée à celle de la TRM, n’a guère été évaluée.

Méthodes : 

Cinquante-huit participants (âge moyen de 34,6 ± 4,7 ans ; étendue 21-40 ans ; 77,6 % de femmes, 22,4 % d’hommes) présentant une cervicalgie chronique ont accepté de participer, et ont été répartis à parts égales dans un groupe INYBI (n = 29) ou un groupe témoin (n = 29). 

Les deux groupes ont fait l’objet d’une seule séance d’intervention de 5 minutes. 

Pour les participants du groupe de contrôle, la TRM des muscles sous-occipitaux a été effectuée en utilisant la technique d’inhibition des muscles sous-occipitaux, tandis que ceux du groupe INYBI ont bénéficié d’une intervention d’auto-thérapie en utilisant le dispositif INYBI. 

Des mesures primaires ont été prises de l’intensité de la douleur (échelle visuelle analogique), de la sensibilité à la pression locale de la douleur, telle qu’évaluée avec un algomètre, et de l’amplitude active des mouvements cervicaux. 

Les résultats secondaires comprenaient la mesure de l’ouverture verticale de la bouche sans douleur. Les résultats ont été recueillis au départ, immédiatement après l’intervention et 45 minutes plus tard.

Résultats : 

Les ANOVA n’ont démontré aucun effet significatif entre les groupes pour aucune variable. Dans la comparaison à l’intérieur des groupes, tous les participants ont amélioré de manière significative les résultats liés à la douleur, et ont montré des changements positifs similaires pour l’ouverture de la bouche. L’amplitude des mouvements cervicaux a principalement augmenté après l’intervention chez les participantes du groupe témoin.

Conclusion : 

La TRM et l’auto-thérapie utilisant l’INYBI sont toutes deux aussi efficaces l’une que l’autre pour améliorer l’intensité de la douleur auto-déclarée et la sensibilité à la douleur de pression locale chez les patients cervicalgiques chroniques. Pour la mobilité cervicale, la TRM semble être légèrement supérieure à l’INYBI, pour obtenir des améliorations dans cette population.

La vrai version, avec les mains de masseur

C’est là, mais vous pouvez regarder aussi là pour avoir une vue d’ensemble.


Références bibliographiques 

espagne

Cristina Pérez-Martínez-Casero, Kristobal Gogorza-Arroitaonandia, Alberto Marcos Heredia-Rizo, Jesús Salas-González, Ángel Oliva-Pascual-Vaca. INYBI: A New Tool for Self-Myofascial Release of the Suboccipital Muscles in Patients with Chronic Non-Specific Neck Pain: A Randomized Controlled Trial. Spine (Phila Pa 1976). 2020 Aug 12. doi: 10.1097/BRS.0000000000003605. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s