Drainage lymphatique manuel & cancer du sein


Un récapitulatif sur les notes publiées sur le sujet ces dernières années.

A tout seigneur tout honneur, une revue Cochrane
Le lien vers un guide de pratique clinique portant sur le diagnostic du lymphoedème
Une interrogation sur l’obligation de faire du drainage lymphatique MANUEL
Et la fameuse voie de Mascagni professée par Leduc ?
Le problème particulier du syndrome du cordon axillaire
Et sinon, pourquoi pas des exercices ?
Travailler après un cancer du sein opéré ?

Le juge de paix, la revue Cochrane

Plus d’une patiente sur cinq qui subissent un traitement pour le cancer du sein développera un lymphœdème en rapport. 

Il peut se produire à la suite d’une chirurgie du cancer du sein et / ou de la radiothérapie. Le drainage lymphatique manuel est fréquemment utilisé, souvent dans le cadre de la thérapie de décongestion complexe (CDT). 

La CDT est un traitement conservateur quadruple qui comprend drainage lymphatique manuel, bandages, manches ou vêtements de compression, soins de la peau et exercices de réduction lymphatiques. 

La phase 1 du CDT est de réduire l’oedème ; La phase 2 vise à maintenir les acquis. 

Pour évaluer l’efficacité et la sécurité du drainage lymphatique manuel dans le traitement du lymphoedème, les auteurs ont inclus des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés. 

Les principaux résultats concernent les changements volumétriques et les événements indésirables. 

Les critères secondaires portaient sur la fonction, les sensations subjectives, la qualité de vie, le coût des soins. 

Six essais ont été inclus. 

Les essais ont été regroupés en trois catégories : 

1°- Drainage lymphatique manuel + physiothérapie standard versus physiothérapie standard sans drainage lymphatique manuel a montré des améliorations significatives dans les deux groupes, mais pas de différences inter-groupes (un essai). 

2°-  Drainage lymphatique manuel + bandages de compression par rapport à bandages de compression isolés a montré une réduction significative de 30% à 38,6% pour la compression bandage isolé, et une réduction supplémentaire de 7.11% pour le drainage lymphatique manuel. La réduction du volume était à la limite de la significativité (p = 0,06). 

Une analyse par sous-groupe a montré que les patients souffrant de lymphoèdèmes légers à modérés avaient de meilleurs résultats que ceux souffrant de lymphoèdèmes sévères (deux essais). 

3°- Trois essais comparant drainage lymphatique manuel + thérapie compressive par rapport au traitement sans drainage lymphatique manuel + thérapie de compression étaient trop variés pour que leurs résultats puissent être cumulés. 

Dans l’ensemble, les sensations désagréables ont été considérablement réduites dans les deux groupes sans différence entre les groupes. 

Aucun essai de rapport coût / efficacité n’a été retrouvé. 

Les essais étaient de petite taille allant de 24 à 45 participants. 

La plupart des essais semblaient randomiser les patients de façon adéquate ; cependant, dans quatre essais, la personne mesurant l’oedème n’était pas en aveugle du groupe de traitement, ce qui pourrait biaiser les résultats. 

Les résultats étaient contradictoires concernant la fonction (amplitude de mouvement), et peu concluantes pour la qualité de vie. 

Pour des symptômes tels que la douleur et la lourdeur, de 60% à 80% des participants ont déclaré se sentir mieux quel que soit le traitement reçu. 

Une année de suivi suggère qu’une fois l’oedème réduit, il se stabilise si le patient continue à utiliser un manchon sur mesure. 

Mais est-ce que le DLM doit être fait manuellement ? 

Dans cette revue systématique avec méta-analyse, parmi les 17 études contrôlées randomisées, la majorité des études ont appliqué la méthode Vodder; la méthode Földi était évaluée dans les autres cas. Les physiothérapeutes étaient spécialisés et expérimentés. Le traitement par DLM était comparé a des bandages ou vêtements de compression, information sur les soins de la peau, conseils sur les exercices pour réduire le flux lymphatique et précautions de sécurité. 

Douze études ont comparé l’effet du DLM sur le traitement du lymphoedème lié au cancer du sein avec d’autres thérapies (laser, électrothérapie, compression pneumatique séquentielle). 

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s